mardi 18 août 2015

L'avis de Julie [6] L'Oiseau de mauvais augure, Camilla Läckberg

Titre : L’Oiseau de mauvais augure
Auteure : Camilla Läckberg
Edition : Actes Sud / Actes Noirs
Nombre de pages : 363
Résumé : L'inspecteur Patrik Hedström est heureux : il se prépare à épouser la femme qu'il aime, Erica. Et ce n'est pas une intervention sur un banal accident de voiture qui va lui gâcher la fête. Mais s'agit-il bien d'un accident ? La conductrice, Marit Kespersen, n'a pas survécu. Son véhicule empestait l'alcool, alors qu'il est de notoriété publique qu'elle ne buvait pas. Tandis qu'une équipe de télévision investit la ville de Tanumshede, bientôt transformée en vaste scène de télé-réalité, Hedström et ses collègues, auxquels vient se joindre Hanna, une nouvelle recrue, fouillent dans la vie de Marit, qui avait quitté son mari pour une femme, Kerstin. Bientôt, une soirée au foyer cantonal, donnée pour les participants de l'émission, s'achève sur une sinistre découverte. Hedström va décidément avoir bien du mal à enterrer sa vie de garçon...

Une fin époustouflante !

    J’avoue, au début, j’ai failli ne pas chroniquer ce livre, parce que j’avais un peu de retard dans mes chroniques, et je me doute que vous devez en avoir par-dessus la tête de Camilla Läckberg, dont vous voyez les chroniques au moins deux fois par semaines. Seulement voilà, en écoutant Castle of Glass de Linkin Park (parce que je n’écoute pas que du metal symphonique), je me suis sentie obligée de donner mon avis afin d’être en paix avec ce livre dont la fin m’a beaucoup choquée.
    Ainsi, comme le dit le résumé, le commissariat de Tanumshede accueille un nouveau membre, Hanna Kruse. Patrik l’emmène avec lui pour lui montrer le terrain ; ici, c’est un banal accident de voiture avec pour victime une femme fortement alcoolisée qui est décédée. Seulement voilà, cette femme, Marit, ne boit jamais. Patrik, Martin, Gösta et Hanna mènent donc l’enquête pendant que leur chef, ce cher Mellberg, tombe amoureux d’une femme prénommée Rose-Marie. Je tiens déjà à préciser que ces deux-là m’ont bien fait rire, surtout Mellberg, qui tient à être parfait pour accueillir sa belle. J’ai adoré sa méthode pour repasser le pantalon : le mettre sous des coussins puis s’asseoir dessus pour l’aplatir. Mon père faisait pareil, mais en mettant le pantalon sous le matelas. ^^
    Bref, parallèlement, la ville accueille le tournage d’une émission de télé-réalité, « Fuckin Tanum ». J’avoue que, au début, j’étais plutôt sceptique, parce que je méprise profondément ce genre d’émissions, et je n’avais pas vraiment envie de lire les débats de jeunes imbus d’eux-mêmes et qui ne pense qu’à boire ou faire la fête. Heureusement, si c’était bien la façon de vivre de la moitié environ de ces jeunes, ça n’a pas été le cas de tout le monde, et certains personnages se sont révélés profonds et vraiment attachants, en particulier Mehmet.
    Enfin, encore parallèlement, on apprend qu’Erica et Patrik vont se marier ! Ils sont toujours aussi mignons, tous les deux, mais comme je le répète à chaque fois, j’aurais bien aimé qu’Erica enquête comme dans le tome 1 ! Mais on la voit quand même un peu plus, puisqu’elle prépare son mariage avec l’aide de sa sœur, Anna. J’aime beaucoup la façon de penser d’Erica, et je m’identifie vraiment à elle (peut-être parce qu’elle se trouve toujours trop grosse ?) ; le reste des personnages est également attachants, et je pense particulièrement à Dan, que l’on n’avait pas trop vu dans les deux tomes précédents. Je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler…
    Voilà, c’était à peu près l’histoire. Je trouve que l’enquête a parfois un peu trop piétiné, avec de si nombreuses pistes qu’on était parfois un peu perdus. Seulement, c’est ce qui fait que ce livre est si passionnant ! On se prend rapidement au jeu de « Qui est le tueur ? », et au final on tourne les pages de plus en plus en vite. Au niveau du suspense, je n’ai pas du tout été déçue, au contraire ! On ne retrouve pas le schéma décevant du tome précédent avec les bourdes et oublis de Patrik, encore heureux.
    En outre, les passages en italiques étaient vraiment bien trouvés et bien écrits : on arrive réellement à se mettre à la place du narrateur, qui a une façon de penser très étrange. Evidemment, Emilie m’a spoilé l’identité du narrateur (je sais c’est pas bieeen), donc je ne peux pas dire où j’ai deviné qui il était. Mais, à mon avis, je ne l’aurais pas trouvé, et c’est dommage, parce que le lecteur se sent bête à la fin, et c’est frustrant.
    Enfin, je dois dire que la fin m’a vraiment choquée (je l’ai déjà dit en fait mais tant pis). J’aimerais tellement vous en parler ! Mais ça gâcherait tout. C’est tellement recherché, tellement approfondi ! Comme toujours avec Camilla Läckberg, j’ai envie de dire. J’aime toujours autant son système de narration, qui permet de ne pas s’ennuyer puisque, comme vous l’avez vu, on suit quand même trois « plans », si je puis dire, en plus d’autres passages avec Hanna ou Annika, par exemple.

    Pour conclure, ce livre est une très bonne lecture ! Une enquête et des personnages approfondis menés par une main de maître, une écriture envoûtante et une intrigue qui ne nous laisse pas indifférent ; tel est le cocktail parfait pour que ce roman vous happe complètement. Croyez-moi, c’est très dur de sortir de l’enquête pour faire autre chose que lire la suite. Comme dans les tomes précédents, je vous conseille vraiment les livres de cette auteure suédoise…

1 commentaire:

  1. Mon avis est exactement le même (c'est pour ça que ma chronique ne sera pas publiée) ! Camilla Läckberg est une auteure géniale, je deviens fan de polars grâce à elle. ^^ Merci à Sharon de Within Temptation, si je n'avais pas vu une vidéo où elle montrait le bouquin qu'elle lisait, je serais passée à côté d'une super série. :D

    RépondreSupprimer

Parce qu'un commentaire fait toujours plaisir... :)