samedi 29 août 2015

Nous les Menteurs - E. Lockhart [1]

Titre : Nous les Menteurs
Auteure : E. Lockhart
Edition : Gallimard Jeunesse
Genre : Contemporain
Nombre de pages : 273
Résumé : Une famille belle et distinguée. L'été. Une île privée. Le grand amour. Une ado brisée. Quatre adolescents à l'amitié indéfectible, les Menteurs.

Un accident. Un secret. La vérité.
Un drame familial époustouflant où culmine le suspense. Une lecture qui, à peine terminée, donne envie de retourner à la première page pour recommencer...






Inqualifiable.

    Par quoi commencer ? Et que dire ? Que dire ? Et cette fin… Je crois bien que Nous les Menteurs est le premier livre qui me bouleverse autant.
    Pour vous donner un aperçu de ce qu’est ce roman, je vous conseille de cliquer sur le titre de la musique suivante : Lithium d’Evanescence. Car Nous les Menteurs est comme Lithium : déchirant. Plus que triste. Cette chanson colle parfaitement au livre, et je vous encourage à l’écouter, elle est vraiment très belle, avec des paroles très vraies. Don’t want to stay in love with my sorrow est une phrase qu’aurait pu prononcer Cadence, la narratrice, et qu’on ressent vraiment à la fin.
    Je ne sais pas trop par quoi commencer, alors je vais aller au plus simple, en parlant tout d’abord de l’histoire, qui est l’énorme point positif de Nous les Menteurs. Cadence est une des petites-filles Sinclair. Comme toute la famille, elle est blonde, Blanche, riche, normale. Tous les étés, elle va à Beechwood Island, une île au large du Massachussetts qui appartient à son grand-père, Harris Sinclair, et où se retrouve toute la famille Sinclair. Avec Johnny et Mirren, ses cousins, ainsi que Gat, neveu du compagnon de la mère de Johnny (heureusement qu’il y a un arbre généalogique au début du livre), ils forment les Menteurs. Pourtant, lors de l’été quinze (lorsque Cadence avait 15 ans), il se passe un accident, dont Cadence n’a aucun souvenir. Depuis, elle est à moitié amnésique, et, lors de l’été dix-sept (où elle avait donc 17 ans), elle cherche à rassembler les indices pour se souvenir enfin de ce qu’il s’est passé à l’été quinze. Sauf que tout le monde lui cache des choses et lui ment…
    Cadence est un personnage que j’ai beaucoup aimé. Certes, lors de l’été quinze, elle est un peu du genre égoïste et égocentrique, mais je l’ai vraiment appréciée lors de l’été dix-sept. Elle était très bien approfondie, on sentait vraiment sa douleur. On ne se contentait plus de la « suivre » : on ETAIT elle. Le style d’écriture d’Emily Lockhart a bien renforcé cela, d’autant plus que c’est exactement le genre de plume que j’aime : franche, originale, et qui prend à la gorge. Le suspense est très présent, on a envie de tourner les pages, sans s’arrêter, encore et encore. En lisant Nous les Menteurs, on se prend toute une kyrielle d’émotions en pleine figure, dont, en premier, la souffrance.

« J'étais blonde autrefois, mais à présent j'ai les cheveux noirs.
J'étais forte autrefois, mais à présent je suis vulnérable.
J'étais jolie autrefois, mais à présent j'ai l'air maladif.
Il est vrai que je souffre de migraines depuis mon accident.
Il est vrai que je ne peux pas souffrir les imbéciles.
J'aime jouer avec les mots. Vous voyez ? Souffrir de migraines.
Ne pas pouvoir souffrir les imbéciles. Le mot signifie presque la même chose dans les deux phrases, mais pas tout à fait.
Souffrir.
On serait tenté d'y voir un synonyme d'endurer, mais ce n'est pas vraiment exact. »

    Et maintenant, les personnages secondaires. Cadence est amoureuse de Gat, l’un des Menteurs, qui se différencie de la famille Sinclair (dont il ne fait pas partie) par son physique, n’étant ni Blanc, ni blond. Je l’ai beaucoup aimé : c’était quelqu’un de très humain, bien approfondi et touchant. Julie a trouvé l’histoire d’amour de Cadence et Gat assez gnangnan ; pas moi. C’était certes un peu dégoulinant sur les bords, mais cela ne m’a pas gênée, et j’ai adoré les moments entre Cadence et Gat seule à seul. Je suis une grande romantique et leur histoire est du genre qui fait rêver.
    Ce que j’ai trouvé un peu dommage, c’est que les autres membres de la famille Sinclair ne soient pas tous bien approfondis. On voit pas mal Mirren et Johnny, mais assez peu les tantes Penny, Carrie, et Bess, ainsi que les autres cousins de Cadence : les jumelles Liberty et Bonnie, Taft, et Will. C’est le seul point négatif de ce livre, je pense. Ces personnages font un peu tapisserie, pour citer Julie, et c’est dommage, cela aurait été intéressant d’en apprendre davantage sur eux.
    Enfin, la fin. Mais quelle fin ! Elle m’a vraiment choquée et bouleversée, je ne m’attendais pas du tout à cela. J’en suis restée comme deux ronds de flan pendant au moins 1h30, et, moi qui ne suis pas du genre à pleurer devant des livres, j’ai versé quelques larmes en lisant les dernières pages. L’émotion était très forte, vraiment présente, et c’est impossible de rester insensible à ce livre si dramatique et foudroyant. Im-po-ssible.

« Mon nom complet est Cadence Sinclair Eastman.
Je souffre de migraines. Je ne peux pas souffrir les imbéciles.
J’aime jouer sur les mots.
J’endure. »

    On ne peut pas dire d’un livre tel que Nous les Menteurs qu’il est « génial ». Il est inoubliable. Choquant. Pas « magnifique » non plus, plutôt horrible. C’est un véritable coup de cœur pour moi, malgré le manque d’approfondissements des personnages secondaires. Le style de l’auteure est très beau et poignant, il y a vraiment de l’émotion, l’histoire est originale et infiniment triste… Et la fin est tout simplement abominable, elle détruit tout sur son passage. Nous les Menteurs est un roman dont on ne sort pas indemne.

Ma note : 19/20

12 commentaires:

  1. Ta chronique me remet bien dans l'ambiance de ce livre, que j'ai lu il y a un petit moment. Inoubliable, c'est bien le mot pour le décrire. J'avais beaucoup apprécié cette lecture, même si les révélations finales ne m'avaient pas tellement surprise...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui... Je comprends ton ressenti ; personnellement je ne me suis doutée de rien, mais c'est surtout parce que je l'ai fini assez tard.

      Supprimer
  2. Il est a l'air super ! Tu me donnes très envie de le lire :D
    Pauline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et il l'est ! J'espère que tu pourras te le procurer. :)

      Supprimer
  3. J'ai eu une énorme déception pour ce roman :'( Je n'ai pas accroché aux personnages ni à l'histoire !
    En fait, seulement la fin m'a scotchée ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que c'est le genre de livres qu'on adore ou qu'on déteste... C'est dommage.

      Supprimer
  4. Ce livre me tente depuis un certains temps... Et ta chronique me fait donne encore plus envie :') :3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu pourras le lire, il est vraiment bien. :)

      Supprimer
  5. Très belle chronique ! J'ai moi aussi été grandement bouleversée par ce roman, qui est maintenant un de mes préférés ♥

    RépondreSupprimer
  6. Mais c'est mon coup de coeur de tous les temps ! Le fait de l'avoir lu en VO m'a encore plus rapproché de Cadence . Je n'ai pas de mots pour décrire ce que j'ai ressenti, c'est argfteufg ! Voilà !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est sûr... En effet, c'est vraiment ça !

      Supprimer

Parce qu'un commentaire fait toujours plaisir... :)