mardi 22 septembre 2015

L'Enfant allemand, La Sirène, Le Gardien de phare, La Faiseuse d'anges - Camilla Läckberg [2]

     Bonjour à tous !
    On se retrouve aujourd’hui pour un article un peu particulier. En effet, vous verrez ci-dessous 4 minis-chroniques des 4 derniers livres de la série de Camilla Läckberg. En effet, j’avais déjà chroniqué Le Prédicateur, Le Tailleur de pierre et L’Oiseau de mauvais augure, mais comme beaucoup n’ont pas lu les livres de cette auteure, ce n’était pas intéressant de faire une longue chronique pour les tomes suivants. Mais comme j’adore cette série, j’ai quand même fait des mini-avis. Emilie a fait la même chose, ici. Les livres sont dans l’ordre de la série, je tiens à le préciser. C’est parti !

Titre : L’Enfant allemand
Edition : Actes Sud / Actes noirs
Nombre de pages : 456
Résumé : Pourquoi la mère d'Erica avait-elle conservé une médaille nazie ? Erica contacte un vieux professeur retraité à Fjällbacka pour essayer de comprendre l'histoire. Quelques jours plus tard, l'homme est assassiné. La visite d'Erica a-t-elle déclenché un processus qui gêne et qui, en tout cas, remue une vieille histoire familiale ? Patrik Hedström, en congé parental, ne va pas rester inactif.

    Comme toujours, je n’ai pas été déçue ! L’intrigue est autant axée sur l’enquête de Patrik (ou plutôt du commissariat, puisque Patrik est censé être ne congé parental), où on cherche à comprendre le pourquoi du décès d’un vieil homme, et l’enquête d’Erica, qui cherche à comprendre pourquoi elle a retrouvé une médaille nazie dans les affaires de sa mère. On ne s’ennuie pas, puisque l’auteure magne le point de vue omniscient à la perfection, et on apprend beaucoup de choses au niveau historique. En effet, dans des retours en arrière, on voit comment se débrouillait la Suède au niveau de la 2nde Guerre Mondiale, ainsi que les résistants suédois qui aident les Norvégiens. On n’entend jamais parler des pays scandinaves dans nos cours d’histoire, et j’ai trouvé cela très intéressant. De même, l’enquête est bien poussée et très bien approfondie, malgré les bourdes de Patrik. Le dénouement laisse vraiment sur le c**, et cela fait toujours plaisir de retrouver les membres du commissariat de Tanumshede, surtout qu'on voit plus ce cher Mellberg. Il y a toujours quelques traces d’humour, notamment avec Ernst le chien. En bref, une très bonne lecture que je vous conseille.

♦♦♦

Titre : La Sirène
Edition : Actes Sud / Actes noirs
Nombre de pages : 414
Résumé : A Fjällbacka, un homme a mystérieusement disparu. Impossible de dire s'il est mort, a été enlevé ou s'est volontairement volatilisé. Trois mois plus tard,
son corps est retrouvé, fi gé dans la glace. La police découvre alors que l'un de ses proches, l'écrivain Christian Thydell, reçoit des lettres de menace depuis plus d'un an. Lui les néglige, mais son amie Erica, qui a accompagné ses débuts en littérature, craint un danger bien réel. Sans rien dire à Patrik, son compagnon, et bien qu'elle soit enceinte de jumeaux, elle décide de mener sa propre enquête. A la veille du lancement de La Sirène, le roman qui doit le consacrer, Christian reçoit une nouvelle missive : quelqu'un lui voue une haine implacable et semble déterminé à mettre ses menaces à exécution.

    Un polar beaucoup plus sombre que les précédents ! Erica enquête à nouveau, même si elle est enceinte, et Patrik n’est plus en congé. Cette fois, c’est l’ami d’Erica, Christian, qui vient de sortir son livre, La Sirène, qui est visé par des lettres de menaces, de même que trois de ses amis, dont un a été retrouvé tué. Qui est le meurtrier ? Pourquoi trois personnes reçoivent-elles ces lettres de menaces ? Quelles sont ces motivations ? Voici, entre autres, les questions qu’on se pose au cours de la lecture. Il y a également des retours en arrière, mais personnellement j’ai dès le début deviné qui était le narrateur, et c’était assez frustrant dans la mesure où on ne comprend pas trop comment ce narrateur peut être celui que l’on connait. L’enquête est vraiment passionnante et, même s’il y a de nombreux personnages, on ne se perd pas tant que ça, contrairement à ce que je pensais. C’est un livre qui se lit très vite car l’enquête est haletante, menée d’une main de maître, et on a toujours envie de savoir la suite pour enfin connaître la fin. Et quelle fin ! Elle m’a beaucoup choquée et surprise, même si au final elle se révèle assez logique. Ce n’est pas mon tomé préféré, mais il se situe en seconde ou troisième position. Et, évidemment, cela fait toujours plaisir de revoir Paula, Annika, Mellberg, Gösta, Martin, Anna… En bref, une très bonne lecture que je vous conseille, comme les tomes précédents.

♦♦♦

Titre : Le Gardien de phare
Edition : Actes Sud / Actes noirs
Nombre de pages : 459
Résumé : Par une nuit d’été, une femme se jette dans sa voiture. Les mains qu’elle pose sur le volant sont couvertes de sang. Avec son petit garçon sur le siège arrière, Annie s’enfuit vers le seul endroit où elle se sent en sécurité : la maison de vacances familiale, l’ancienne résidence du gardien de phare, sur l’île de Gråskär, dans l’archipel de Fjällbacka. Quelques jours plus tard, un homme est assassiné dans son appartement à Fjällbacka.
Mats Sverin venait de regagner sa ville natale, après avoir travaillé plusieurs années à Göteborg dans une association d’aide aux femmes maltraitées. Il était apprécié de tous, et pourtant, quand la police de Tanumshede commence à fouiller dans son passé, elle se heurte à un mur de secrets. Bientôt, il s’avère qu’avant de mourir Mats est allé rendre une visite nocturne à Annie, son amour de jeunesse, sur l’île de Gråskär – appelée par les gens du cru “l’île aux Esprits”, car les morts, dit-on, ne la quittent jamais et parlent aux vivants…
Erica, quant à elle, est plus que jamais sur tous les fronts. Tout en s’occupant de ses bébés jumeaux, elle enquête sur la mort de Mats, qu’elle connaissait depuis le lycée, comme Annie. Elle s’efforce aussi de soutenir sa soeur Anna, victime, à la fin de La Sirène, d’un terrible accident de voiture aux conséquences dramatiques…

    Un tome tout aussi bien que les précédents ! Je crois que Camilla Läckberg ne me décevra jamais. Dans ce tome-ci, on retrouve les mêmes protagonistes, mais beaucoup de choses ont changé. Anna est une nouvelle fois tombée dans un gouffre après le dramatique accident qu’elle et Erica ont eu. Surtout que cette dernière s’en est sortie pratiquement indemne, et qu’elle a maintenant trois enfants : Maja, et en plus les jumeaux Anton et Noel. Camilla Läckberg magne les différents points de vue à la perfection, et arrive à nous communiquer beaucoup d’émotions, que ce soit la tendresse, la tristesse, ou encore la peur. Parallèlement, on suit une jeune femme prénommée Annie, qui s’est enfuie de son domicile pour aller sur une île aux environs de Fjällbacka : Gråskär, ou l’île aux Esprits. On se pose beaucoup de questions quand on suit les actions d’Annie : qui est-elle réellement ? Pourquoi a-t-elle fui avec son fils, Sam ? Le suspense est ainsi bien maintenu, d’autant plus quand le commissariat de Tanumshede a ouvert une enquête pour le meurtre de Mats Sverin… L’enquête est vraiment passionnante, même si elle piétine parfois un peu trop et, comme je l’ai dit à chaque fois, c’est vraiment génial de retrouver Patrik, Gösta, Martin et les autres. En outre, on suit quand même un sujet d’actualité : les violences faites aux femmes, et ce n’est pas négligeable. Quand on rajoute la plume captivante de l’auteure et l’histoire prenante, on ne peut rien demander de plus ! De plus, j’ai vraiment adoré les retours en arrière, où on suit Emelie, jeune mariée, qui vient d’emménager sur l’île aux Esprits. C’était passionnant de suivre son quotidien – plutôt mouvementé à cause de son mari qui n’a en fait aucune affection pour elle – et l’histoire de Gråskär m’a vraiment intéressée. En bref, c’est une très bonne lecture, et comme d’habitude, je vous conseille ardemment les polars de Camilla Läckberg.

♦♦♦

Titre : La Faiseuse d’anges
Edition : Actes Sud / Actes noirs
Nombre de pages : 437 
Résumé : Pâques 1974. Sur l’île de Valö, aux abords de Fjällbacka, une famille disparaît sans laisser de traces. La table du dîner est soigneusement dressée, mais tous se sont volatilisés, à l’exception de la fillette d’un an et demi, Ebba. Sont-ils victimes d’un crime ou sont-ils tous partis de leur plein gré ? L’énigme ne sera jamais résolue. Des années plus tard, Ebba revient sur l’île et s’installe dans la maison familiale avec son mari. Les vieux secrets de la propriété ne vont pas tarder à ressurgir…

    Une suite aussi passionnante que les précédents ! Je n’ai pas du tout été déçue… Dans ce tome-là, on suit le commissariat de Tanumshede qui enquête sur l’incendie criminel d’une maison sur l’île de Valö. Comme par hasard, c’est sur cette île qu’une famille entière a disparu mystérieusement en 1974, à l’exception d’Ebba, une fillette d’un an et demi à l’époque. Et Ebba est revenu s’installer sur Valö… J’ai trouvé l’enquête passionnante, surtout que pour une fois elle n’a pas trop piétiné. C’est dommage qu’on voie moins Martin, mais d’un côté c’est normal parce qu’il est en arrêt maladie, mais en revanche on en apprend plus sur le passé de Gösta, ce que j’ai trouvé vraiment intéressant. De même, Erica mène sa propre enquête sur le passé d’Ebba tout en s’occupant de ses enfants et en faisant des cachotteries à Patrik… En outre, on suit le quotidien, dans des retours en arrière, de Dagmar, fille de la « Faiseuse d’anges », une femme qui a noyé des enfants en bas-âges en pensant qu’ils ne manqueraient à personne… J’ai vraiment aimé suivre ces retours en arrière, d’autant plus qu’on en apprend davantage sur la Suède pendant la guerre. De plus, le livre traite quand même en partie d’un thème actuel (malheureusement) : les néo-nazis, puisque l’un des protagonistes de cette histoire soutient ces idées. Camilla Läckberg magne, comme toujours, le point de vue omniscient à la perfection, et on n’a pas le temps de s’ennuyer. On apprend également beaucoup de choses au niveau historique, et je ressors de cette lecture avec un œil neuf sur la société d’aujourd’hui. La fin est vraiment géniale, même si j’avais à peu près deviné une partie. Tout est parfaitement logique, et je n’ai rien à redire là-dessus, à part que j’aurais aimé voir comment s’en sortait Pia.
    En bref, La Faiseuse d’anges est une très bonne lecture absolument pas décevante, et j’ai vraiment hâte de suivre les enquêtes d’Erica et Patrik dans les tomes suivants (pas encore traduits en français…).
 

4 commentaires:

  1. J'avoue que je n'ai lu qu'un seul livre de l'auteur voilà des années... la reine des glaces ? J'avais bien aimé mais j'avoue que je n'ai pas lu plus. Ma mère adore les livres cependant et elle les a tous donc peut etre qu'il faudrait que je m'y mette de façon plus sérieuse du coup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "La Princesse des glaces", je dirais. Je te conseille vraiment de lire la suite, elle vaut vraiment le coup selon moi.

      Supprimer
  2. Bon, allez hop, il faut vraiment que je découvrir le premier tome de cette saga ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu pourras lire. ^^ Et que tu aimeras !

      Supprimer

Parce qu'un commentaire fait toujours plaisir... :)