jeudi 3 septembre 2015

Nous les Menteurs - E. Lockhart [2]

Titre : Nous les Menteurs
Auteure : E. Lockhart
Edition : Gallimard jeunesse
Nombre de pages : 273
Résumé : Une famille belle et distinguée. L'été. Une île privée. Le grand amour. Une ado brisée. Quatre adolescents à l'amitié indéfectible, les Menteurs.
Un accident. Un secret. La vérité.
Un drame familial époustouflant où culmine le suspense. Une lecture qui, à peine terminée, donne envie de retourner à la première page pour recommencer...


→ Retrouvez l'avis d'Emilie ici.



Oh. Mon. Dieu.

    Au moment où je tape ces mots, cela fait à peu près deux heures que j’ai fini Nous les Menteurs, et je crois que je ne me suis pas encore remise de la fin – d’où les neuf petites lettres entrecoupées de trois points ci-dessus. Quand j’ai emprunté ce livre à la médiathèque, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre, mais en tout cas pas à ça. En fait, je ne l’ai emprunté que parce que j’en avais beaucoup entendu parler sur la blogosphère et sur Booknode, donc je me suis dit « pourquoi pas ? ». Résultat : je ne fais que ressasser le livre en entier, et si je pouvais mettre un smiley sur mes émotions, ce serait « O.O »…
    Pourtant, ce livre est loin d’être parfait, mais j’évoquerai ces points au fur et à mesure au loin de ma chronique. Commençons par l’histoire… Dès le début, on est plongé dans les pensées de Cadence, une jeune fille de presque 18 ans et ayant eu un accident – on ne sait pas encore précisément de quoi il s’agit. En revanche, on sait qu’elle fait partie d’une famille très riche, les Sinclair. J’avoue avoir été gênée, tout au long de ma lecture, par cette omniprésence de l’argent, du luxe, et de l’ingratitude des gens de cette famille. À mon avis, c’est l’effet que voulait produire l’auteure – et elle a amplement réussi !
    Les Sinclair possèdent une île privée, sur laquelle tous se rendent en été, pour les vacances. On apprend ainsi que Cadence a trois cousins de son âge : Johnny, Mirren et Gat, et tous les quatre sont surnommés « les Menteurs » par leur famille. Ils sont très soudés, liés par une belle amitié – pas si belle que ça, au final. Déjà, j’ai trouvé que Johnny et Mirren n’étaient pas assez approfondis, alors qu’on les voit régulièrement tout au long du livre. Beaucoup de passages sont centrés autour de l’histoire d’amour entre Cadence et Gat – qui n’est pas son cousin, mais un « invité », ce qui fait que Johnny et Mirren sont laissés en plan, et au final ils ne sont pas attachants. Gat l’est, en revanche. Ce n’est pas un Sinclair : il n’est ni Blanc, ni blond, et on voit que le grand-père, le patriarche de la famille, ne l’apprécie pas. J’ai bien aimé les idées développées par Gat, aussi.
    Une des parties du livre est un long récit de l’été quinze, celui où les Menteurs avaient 15 ans. C’est cet été-là que Cadence a eu son accident, qui s’en est suivi d’une perte de mémoire. J’ai bien aimé cette disposition, si je puis dire, des parties. On voit ainsi l’histoire d’amour entre Cadence et Gat évoluer, mais franchement je l’ai trouvée assez gnan-gnan, du genre « je l’aimerai pour toujours ». Etant une grande romantique, ça ne m’a pas trop dérangée, mais un peu déçue, quand même. Je m’attendais à mieux.
    Je pourrais développer les autres parties, vous décrire les liens familiaux complexes, mais j’ai trop peur de gâcher le suspense, donc je pense m’arrêter là dans ma description de l’histoire. Je veux quand même rajouter quelques éléments (c’est contradictoire, je sais) : durant l’été dix-sept, où Cadence retourne sur l’île après ne pas y être allée l’été seize (elle était alors en Europe avec son père, même si elle est malade à cause de ses migraines), et évidemment, elle cherche à savoir ce qu’il lui est arrivé. Elle retrouve les Menteurs, mais ceux-ci lui mentent, et elle mène doucement son enquête, jusqu’à ce que des bribes de souvenirs lui reviennent… J’ai trouvé cela très bien trouvé, très recherché. Franchement, je tire mon chapeau à E. Lockhart pour ses idées de génie. Tout concorde, sans aucune faille, et c’est génial.
    De même, j’ai bien aimé l’originalité du texte, avec par exemple des petits contes qui nous font comprendre la mentalité de Cadence, personnage à qui on s’attache inexorablement. On vit en elle, on a mal pour elle et avec elle. On désire et vit avec elle. En revanche, quelques éléments dans le style de l’auteure m’ont gênées. En effet, elle a fait l’effort de mettre des métaphores – parfois très belles – dans son texte mais… elles n’ont aucun effet. Je n’aime pas vraiment comparer des livres avec d’autres alors qu’ils sont radicalement différents, mais si vous avez lu Insaisissable de Tahereh Mafi, vous comprendrez pourquoi je dis cela.
    Par contre, malgré cela, j’ai été bluffée par la fin, que je suis encore en train de ressasser. Je ne m’y attendais absolument pas, mais après, on se rend compte que c’est tellement logique ! Je n’ai pas versé de larmes, mais j’ai été quand même très émue et bouleversée par cette tragédie familiale.

    Pour conclure, Nous les Menteurs est une excellente lecture – mais certainement pas un coup de cœur. Même si l’histoire en elle-même est magnifique, pleine d’intelligence et bouleversante, il y a trop de points négatifs : des personnages pourtant importants font tapisserie, l’histoire d’amour ne me convient pas, et les métaphores ratées – quel dommage ! Je vous le conseille tout de même ardemment, vous ne serez pas déçus.
 

8 commentaires:

  1. Malheureusement, si, j'ai été déçue :'( Je n'ai pas aimé, à part la fin ! :'(

    RépondreSupprimer
  2. Ca à l'air surprenant comme lecture ! :O j'en ai beaucoup entendu parler ^^ si jamais je le trouve à la bibliothèque je pense que je le lirai pour me faire mon propre avis :)
    Pauline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, c'est un livre assez surprenant et horrible. J'espère que tu pourras le lire !

      Supprimer
  3. Je comprends les points négatifs que tu as soulevés, même si c'est vrai qu'ils ne m'ont personnellement pas trop dérangée. La fin est bluffante, j'ai adoré et rien que pour ça ça a été un coup de coeur ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après je suis très exigeante avec les livres que je lis, et souvent je reste centrée sur un problème sans profiter du reste de la lecture. ^^' Je suis contente que ça ait été le cas pour toi !

      Supprimer

Parce qu'un commentaire fait toujours plaisir... :)