lundi 28 septembre 2015

Purge - Sofi Oksanen

Titre : Purge
Auteure : Sofi Oksanen
Edition : Sanoma
Nombre de pages : 429
Résumé : En 1992, l’URSS s’effondre et les Estoniens fête le départ des occupants russes. Mais la vieille Aliide, elle, redoute cette liesse et vit terrée chez elle. Aussi, quand elle trouve dans son jardin la jeune Zara, en grande détresse, elle hésite à l’accueillir. Les deux femmes vont cependant faire connaissance, et un lourd secret se révélera, lié au temps de l’occupation soviétique. Aliide a en effet aimé et protégé un résistant, Hans. Quarante ans plus tard, c’est au tour de Zara de venir chercher protection, et la vieille femme va décider de la lui accorder, quel qu’en soit le prix.




Un livre que je n’oublierai pas de si tôt.

    Comme souvent, j’ai emprunté Purge un peu par hasard : je ne le connaissais absolument pas, mais, au CDI, il était rangé à côté de trois livres d’une auteure islandaise que j’avais adoré, et j’ai regardé par curiosité. Dès le début, j’ai été conquise par la couverture, et le résumé me donnait envie d’en savoir  plus ; en outre, Sofi Oksanen est finlandaise, et j’aime beaucoup lire des auteurs étranger, alors que demander de plus ?
    Le début est assez étrange. On est en 1992, en Estonie, et on suit une vieille femme prénommée Aliide qui essaye de tuer une mouche pour que sa viande ne pourrisse pas. J’ai été un peu surprise et assez sceptique, mais j’ai quand même continué, et peu de pages après, Aliide découvre qu’il y a une fille couchée dans son jardin, l’air mal en point. Aliide est une femme qui a beaucoup souffert dans sa vie, comme on l’apprendra plus tard dans la suite, et elle se pose de nombreuses questions : qui est cette fille ? Lui veut-elle du mal ? Est-ce pour la voler ?
    Ses pensées durent à peu près un chapitre (je sais, c’est mal dit), et j’ai été conquise par le style de l’auteure. Il est étrange et particulier, mais personnellement j’adhère complètement ! C’est assez difficile à décrire comme ça, cependant vous pourrez le voir dans un extrait que je mettrai ci-dessous.
    Toujours concernant le style, j’ai dit qu’il était particulier parce que, en plus de répéter souvent les prénoms pour donner du sens au texte, l’auteure mêle étrangement langage familier et langage courant. Je n’ai pas spécialement été enthousiasmée par cela, le décalage étant parfois trop flagrant, mais c’est quand même surprenant.
    Pour en revenir à l’histoire, Aliide se décide finalement à aller voir cette fille, et on fait la connaissance de Zara, une jeune fille d’environ 18 ou 19 ans, je dirais (son âge n’est pas précisé), et qui a besoin d’aide. Au fil des chapitres, on découvre des pans de sa vie en même temps qu’elle fait connaissance avec Aliide, et on ne peut que compatir. Je crois que ce qu’il lui est arrivé est une des pires histoires que j’aie jamais lue. Zara est un personnage qui m’a énormément plu, je me suis vraiment attachée à elle, et j’ai ressenti beaucoup d’émotion en lisant les chapitres qui lui étaient consacrés.


« L’herbe qui chatouillait le pied de Zara était la caresse de sa grand-mère, le vent dans les pommiers était le chuchotement de sa grand-mère, et Zara avait l’impression de regarder les étoiles par les yeux de sa grand-mère, et quand elle rabaissa le visage, il lui semblait que le jeune corps de sa grand-mère se tenait à l’intérieur du sien, en quête d’une histoire qu’on ne lui avait pas racontée. »

    Comme je l’ai dit précédemment, Aliide aussi a vécu des choses horribles. J’ai été très émue en lisant les lignes qui lui étaient consacrées et, comme avec Zara, je me suis vraiment attachée à elle, même si elle n’est pas parfaite.
    J’embraye directement avec le contexte, puisque cela rejoint ce que je viens de dire : le livre est constitué aux 2/3 de retours en arrière sur les vies d’Aliide et Zara. Le contexte concerne surtout le passé d’Aliide : on a des retours en arrière à partir de 1939, jusqu’à 1970 environ. Durant cette époque, l’Estonie a été occupée, d’abord par les Allemands pendant la guerre, puis par les Soviétiques. On en apprend ainsi plus sur les conditions de vie des habitants d’Estonie, sur la résistance, puisque Aliide a hébergé un résistant, Hans,  durant des années, etc. C’est, vous l’aurez compris, principalement un roman historique mêlé de policier. J’ai appris et découverts énormément de choses, ainsi que des notions abordées en cours, comme les kolkozes (j’ai un doute sur l’orthographe), les goulags, le communisme… Ainsi, c’est un livre que je ne conseille pas de lire avant d’avoir étudié tout cela en cours, autrement dit en 3ème, sinon je pense que vous serez complètement perdu, et cela gâcherait votre lecture.

«  Mais la terreur de la fille était tellement vive qu’Aliide la ressentit soudain en elle-même… Mais maintenant qu’il y avait dans sa cuisine une fille qui dégoulinait de peur par tous les pores sur sa toile cirée… La peur s’installait là, en faisant comme chez soi. Comme si elle ne s’était jamais absentée. Comme si elle ne s’était absentée. Comme si elle était juste allée se promener quelque part et que, le soir venu, elle rentrait à la maison. »

    Je vais m’arrêter là pour l’histoire : je vous laisse la découvrir. Je ne vais pas vous cacher que j’ai parfois trouvé le récit un peu longuet, et quelques fois je me suis ennuyée, même si le livre était absolument passionnant : je voulais toujours savoir la suite, tout ce qui était arrivé à Zara et Aliide, et comment Zara s’en sortirait dans le présent (soit en 1992). La fin m’a beaucoup émue et touchée, et je suis restée assez longtemps sur le c**, comme on dit.
    Enfin, Purge est un roman qui est très dur et très réaliste. Si vous êtes sensible, je ne vous le conseille pas, et de même si vous n’êtes pas intéressé plus que ça par l’Histoire.

    Pour conclure, Purge est une excellente lecture qui a frôlé le coup de cœur, si ce n’est les quelques longueurs. Personnellement j’ai été séduite par l’histoire, les personnages, et le style si particulier de l’auteure. Je suis sortie bouleversée de ma lecture, et je vous le conseille ardemment (sauf si les deux points abordés ci-dessus vous rebutent). 

6 commentaires:

  1. Il me tente mais j'ai peur d'être perdue (vivant en Belgique, le programme n'est pas le même) ! Du coup, j'ai pas trop envie de lire une lecture où je n'y comprends rien XD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui ! Après, si vous avez étudié l'URSS, le communisme, les goulags, et la 2nde GM en général (nous c'était en troisième), tu peux le lire sans problème. Mais sinon je comprends. ;)

      Supprimer
  2. Contente de voir que tu as passé un si bon moment avec le roman et qu'il t'ait touché à ce point. Je ne connaissais pas du tout mais l'histoire a l'air assez unique et intéressante. Merci de la découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Je te le conseille de tout cœur. Et de rien. ;)

      Supprimer
  3. ENFIN TA CHRONIQUE! Encore une fois super bien écrite :) Vu que je suis fanatique des romans historiques, je pense tenter celui-ci, vu que c'est un thème assez original et que tu en parle telleeement bien! Arrête de me torturer comme ça ! :D Merci pour la découverte en tout cas, je pense l'emprunter prochainement ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce livre est tellement génial, je te le conseille !

      Supprimer

Parce qu'un commentaire fait toujours plaisir... :)