mercredi 23 septembre 2015

Une vie - Simone Veil

Titre : Une vie
Auteure : Simone Veil
Edition : Stock
Genre : Témoignage
Nombre de pages : 398
Résumé : Simone Veil accepte de se raconter à la première personne. Personnage au destin exceptionnel, elle est la femme politique dont la légitimité est la moins contestée en France et à l'étranger ; son autobiographie est attendue depuis longtemps. Elle s'y montre telle qu'elle est : libre, véhémente, sereine.








 
Un livre à lire.

 (Je m’excuse d’avance si ma chronique est assez courte et mal faite : j’ai écrit cela au CDI du lycée et je me déconcentre très facilement.) 
     J’ai pioché ce livre dans la bibliothèque familiale alors que je n’avais plus rien à lire. Du coup, je me suis lancée. Et j’en ai vite conclu une chose : pour moi, l’ouvrage est divisé en deux parties bien différentes.
    Dans le premier chapitre, Simone Veil parle de son enfance, de sa famille… On apprend ainsi qu’elle a deux sœurs (Madeleine, dite Milou, et Denise) et un frère (Jean). Elle vient d’une famille juive non-pratiquante, et a eu une enfance normale, comme tout un chacun. Ce n’était pas trop lourd, et j’ai bien aimé, c’est agréable et rapide à lire. C’est très bien raconté, comme si c’était une histoire fictive, ce qui n’est évidemment pas le cas. Je m’attendais à quelque chose d’assez « académique », et j’ai été agréablement surprirse.
    Ensuite, un chapitre (ou deux ?) plus tard, sont évoqués des faits assez connus : la déportation. C’est vraiment passionnant et instructif : on apprend ainsi comment les Juifs, dans les années 1940, essayaient de vivre normalement avec de faux papiers, sans que cela ne marche. Simone Veil a ainsi été déportée avec sa sœur Milou, son frère Jean, et sa mère. Elle n’avait pas de nouvelles de son autre sœur. Les conditions de vie dans les camps sont très bien décrites, avec une plume agréable. Il y a beaucoup de choses que je ne savais pas, et on se rend vraiment compte de la chance qu’on a de ne pas avoir vécu à cette époque. J’ai vraiment aimé les deux chapitres qui parlent de cela, cela nous ouvre les yeux sur la dure réalité des camps.
    Un autre chapitre est consacré aux années d’après-guerre, où Simone Veil apprend à revivre. Encore une fois, c’est vraiment intéressant, et cela se lit assez vite. Il y a des choses très fortes, comme le sentiment d’injustice, notamment, car beaucoup de proches de Mme Veil n’ont pas survécu aux camps.
    Cependant, à partir des chapitres 4 ou 5, j’ai eu beaucoup plus de mal. En effet, durant tout le reste du livre est évoquée la carrière politique de Simone Veil. D’abord son poste de magistrat, puis son entrée au gouvernement… Quand on n’est pas concentré, c’est vraiment la galère de s’y retrouver. Il y a eu beaucoup de choses que je n’ai pas comprises, je me suis perdue… Même si c’est normal, je pense qu’il y avait trop de détails, de termes techniques… Je n’ai pas vraiment été intéressée ; c’était surtout la partie historique qui me captivait. Tout ce qui est politique, juridique, ne m’a jamais passionnée, et du coup je me suis un peu forcée à tout lire jusqu’à la fin. D’ailleurs, j’ai carrément eu la flemme de lire toutes les annexes, qui regroupaient des discours de Simone Veil… Le seul que j’ai lu en entier est celui sur la Shoah, celui pour la loi sur l’IVG était tellement long que je me suis arrêtée au bout de 5 pages environ.

    Néanmoins, c’est tout de même un livre à lire au moins une fois dans sa vie. Simone Veil est une grande femme, et son témoignage mérite d’être lu, qu’on partage ses opinions politiques ou non. Pour moi, la partie la plus intéressante a été la première partie, la seconde ne contenant pas de thèmes qui me passionnent. C’est une bonne lecture que je recommande aux personnes motivées à le lire et qui ont une bonne connaissance de tout ce qui est magistrature, gouvernement, etc, car sinon il y a des risques d’être un peu perdu.

11 commentaires:

  1. Ce livre a l'air super intéressant ! :)

    Camille :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il l'est, mais il faut avoir au moins 15 voire 16 ans pour le lire ; personnellement je suis très proche des 16 ans et la deuxième partie m'a été assez incompréhensible. ^^'

      Supprimer
  2. Ce livre a l'air intéressant ... mais j'ai peur de m'ennuyer comme toi dans la deuxième partie :-/ Du coup, je ne pense pas le lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends tes aprioris ! Il faut être intéressé par la politique pour trouver l'ensemble du livre intéressant je pense.

      Supprimer
  3. Je trouve toujours intéressant de trouver des livres comme ça. Mais dommage que ça n'ait pas été à la hauteur tout le long.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça change de d'habitude. Oui, après, je m'y attendais, tout ce qui est politique, ce n'est pas trop mon truc.

      Supprimer
  4. J'étais très contente de voir que tu avais fait une chronique dessus car je pensais le lire ! En ce moment en cours, on est en train d'étudier la Deuxième Guerre et on a lu un passage de ce livre... :) J'espère qu'il me plaira !
    Pauline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je l'ai dit à Camille, il ne faut pas le lire trop tôt je pense. Mais c'est vrai que la 1ère partie est intéressante ! La deuxième beaucoup moins... Déjà la 2nde GM ? On l'avait fait beaucoup plus tard dans l'année nous. ^^

      Supprimer
  5. J'admire beaucoup Simone Veil, je pense le lire :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te conseille de le lire plus tard, à cause de la 2ème, qui est assez technique (il a fallu que je m'accroche lol). ;-)

      Supprimer

Parce qu'un commentaire fait toujours plaisir... :)