jeudi 26 novembre 2015

Lettre à mon ravisseur - Lucy Christopher

Titre : Lettre à mon ravisseur
Auteure : Lucy Christopher
Edition : Gallimard / Scripto
Genre : Thriller
Nombre de pages : 347
Résumé : Gemma, seize ans, se fait enlever à l'aéroport de Bangkok où elle est en transit pour le Vietnam avec ses parents. Ty, un homme séduisant de vingt-quatre ans, lui offre un café et Gemma se retrouve dans un état comateux. Quelques jours plus tard, elle se réveille dans une maison en bois, au milieu d'un désert de sable rouge, seule au milieu de nulle part. Ni route, ni habitation, ni rien à l'horizon.

Ça s'est passé comme ça. J'ai été volée dans un aéroport. Enlevée à tout ce que je connaissais, tout ce qui était ma vie. Parachutée dans le sable et la chaleur. Tu me voulais pour longtemps. Et tu voulais que je t'aime. Ceci est mon histoire. Une histoire de survie. Une lettre de nulle part. Un thriller psychologique qu'on ne peut ni arrêter, ni oublier.

L’histoire est bien, mais…

    Lettre à mon ravisseur est un roman qui me faisait envie depuis pas mal de temps déjà. J’ai enfin pu le lire, et au final, mon avis est mitigé. Désolée si cette chronique n’est pas terrible, mais cela fait déjà une semaine que j’ai fini le livre, et faute de temps, je n’ai pu rédiger mon avis avant.
    Lettre à mon ravisseur est en fait une très longue lettre de presque 350 pages dans laquelle Gemma, jeune Anglaise de 16 ans s’adresse à Ty, un Australien de 24 ans qui l’a enlevée à l’insu de tous dans un aéroport de Bagnkok où Gemma et ses parents se trouvaient, devant prendre un vol pour le Vietnam. Le titre est donc on ne peut plus explicite quant au fond de l’histoire. Gemma a rencontré Ty dans un café de l’aéroport, ils ont parlé un peu, comme ça, puis, sans que Gemma s’en rende compte, Ty a versé quelque chose dans son café pour la droguer.
    Lorsque Gemma reprend conscience, elle se trouve dans une petite maison en bois dans un désert, en Australie, loin de tout, et surtout : seule avec Ty, qui semble parfois assez dérangé. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, Ty ne lui veut aucun  mal, il dit l’avoir « sauvée » de la ville. Cependant, ce n’est pas du tout l’avis de Gemma, qui dès le début se méfie de Ty et tente de s’évader – ce qui, évidemment, ne va pas fonctionner.
    Voilà donc en gros pour l’histoire. Dans sa lettre, Gemma s’adresse tout le temps à Ty par « tu », ce qui est logique, vu que la lettre lui est adressée. Elle relate tout ce qu’il s’est passé depuis son enlèvement à Bangkok, jusqu’à, eh bien, le moment où elle finit d’écrire. Cela m’a tout de suite plu : même si on ne connait pas les personnages secondaires (notamment Ben et Anna) et qu’on ne sait absolument rien sur eux, c’était très logique, puisqu’au départ, Gemma écrivait pour elle-même, donc pas besoin de rappeler qui est qui. De ce côté-là, chapeau, car j’avais peur que la forme épistolaire – même si le terme ne convient pas vraiment puisqu’il n’y a pas d’échanges de lettre – ne soit qu’un prétexte pour être originale et « faire genre ».  
   Cependant, il n’empêche, certains détails ne m’ont pas semblés cohérents : comment est-il possible que Gemma se rappelle des paroles précises qu’elle et Ty ont échangé alors que ça a eu lieu il y a plusieurs mois ? On a certes des passages au discours indirect, mais tout de même beaucoup trop de discours direct. Ça passe ou ça casse, mais avec moi, pas de doute, ça casse dès le début. Voici donc le premier point négatif… et ce n’est malheureusement pas le dernier – j’y reviendrai plus tard (je sais, je m’organise très mal, j’en ai conscience).
    Du côté des personnages, je n’ai pas été déçue. Gemma est un personnage attachant, et le fait que se soit elle qui raconte tout nous plonge vraiment dans ses pensées, et du coup, on la comprend mieux. Je l’ai bien aimée dès le début, car elle n’est pas idéalisée, sans que ce soit le genre grosse chiante non plus. Ses réactions quant à son brutal enlèvement ne m’ont pas semblées illogiques ; au contraire même. Elle n’avait qu’une envie : fuir le plus vite de ce désert australien, et on sentait bien sa méfiance face à Ty, son envie de lui faire le plus de mal possible, de rentrer chez elle, de retrouver ses parents… Le style n’était pas faramineux, je ne vais pas le cacher, mais ça allait, ce n’était pas enfantin non plus.
    Néanmoins, Ty m’a encore plus plu que Gemma, car c’est pile le genre de personnage que j’apprécie : sombre, mystérieux, avec des faces cachées mais qui sait aussi se montrer touchant. C’est quelqu’un s’assez déséquilibré, mais encore une fois sans tomber dans l’excès, et il y a des passages avec lui que j’ai beaucoup aimés. Ty est très humain, avec une histoire et un caractère propres qui l’ont rendu à mes yeux très attachant. On en apprenait sur lui au compte-goutte, et du coup, cela donnait envie de savoir la suite. De plus, certains détails de son passé le rendent touchant, et permettent de mieux le comprendre.

« Tu as posé ta main sur mon dos secoué de tremblements, elle était chaude et solide.
-Tu as raison, tu as murmuré, ton souffle sur ma nuque. Peut-être y a t-il parfois de bonnes choses dans une ville, de belles choses.
Et tu m'as attiré vers toi, avec tant de délicatesse, me prenant par les épaules pour me guider. Je me suis retrouvée contre toi dans un mouvement qui m'a paru se dérouler au ralenti. Tu as refermé la chaleur de tes bras autour de moi, tiré les pans de la couverture, m’enveloppant d'une obscurité douillette. J'ai repensé au papillon que j'avais attrapé ; en sécurité et pourtant piégé dans l'obscurité de ma main.
- Je te demande pardon, tu as dit. Je ne voulais pas te faire de la peine. »

    L’histoire est assez réaliste, et je n’ai pas senti de problèmes de ce côté-là. L’auteure nous emmène bien dans ce désert perdu d’Australie, mais, je ne sais pas, je n’ai pas été emportée, malgré le fait que j’étais attachée à Gemma. Bien sûr, j’avais envie de savoir la suite, mais je n’ai pas ressenti le besoin de tourner les pages jusqu’à pas d’heure pour savoir comment cela allait se terminer, car c’était quand même assez prévisible. Dans ce genre de huis-clos, il n’y a pas 36 solutions possibles, et j’aurais aimé qu’il y ait davantage de piment, de choses étonnantes, parce qu’au final, l’histoire est presque… monotone. Il y a de l’action, certes, on ne s’ennuie pas, mais ce n’est pas très prenant, et je n’ai pas réussi à rentrer dedans.
    En outre, je n’ai pas trop apprécié que Ty ait 8 ans de plus que Gemma. Déjà, cela rajoute un petit côté pervers qui ne m’a plu plus que ça, mais surtout, Ty ne paraît pas 24 ans. 20 à tout casser, mais pas plus. Il faisait trop jeune, et n’avait pas la maturité d’un homme de 24 ans. Après, c’est une opinion très personnelle, mais voilà. Toujours avec Ty, j’ai dit précédemment qu’il avait un passé intéressant, ce qui est vrai, mais les raisons qu’il a énoncées pour avoir choisi de kidnapper Gemma en particulier m’ont parues trop invraisemblables, trop peu réalistes et pas très convaincantes. D’accord, c’était original. Mais c’était trop gros, trop gnangnan ! Je m’attendais à quelque chose de plus profond et de plus intéressant, pas à ça.
    Enfin, j’ai trouvé que l’évolution des sentiments de Gemma envers Ty n’est pas assez explicite. On passe trop rapidement du « je veux lui faire le plus de mal possible » à « en fait, je l’aime bien, je le comprends », il n’y a pas de réelle transition – ce qui n’empêche pas qu’il y ait des passages géniaux, surtout vers les 2/3 du livre.  Cependant, cela aurait mérité d’être plus creusé, donc voilà.
    Ce qui est dommage, c’est que le fond est bien ; l’histoire en elle-même est originale et la fin ne m’a pas déçue. Mais quand on creuse, il y a trop d’imperfections, trop de « mais », pour reprendre l’intitulé de cette chronique. Ce n’est pas de la grande littérature, ce qui n’empêche pas d’avoir un beau message à la fin.

« Dans un instant, quand je serai prête, j'éteindrai cet ordinateur et ce sera terminé, j'aurai fini ma lettre. Une part de moi-même refuse de cesser de t'écrire, mais il le faut. Pour nous deux.
Au revoir, Ty,

Gemma. »

    Ainsi, Lettre à mon ravisseur est une très bonne lecture. Je le conseille malgré les points négatifs que j’ai soulevés, car c’est une histoire intéressante. Je me suis vite attachée à Gemma et à Ty, il y avait de l’émotion, une belle fin qui m’a beaucoup plu… Certes, certaines choses ne sont pas assez creusées, mais bon, on ne peut pas tout avoir, et pour se détendre, c’est un excellent livre – je nuance un peu mon propos, car ce roman n’est pas nul non plus. Si l’histoire vous intéresse, n’hésitez pas. 
 
Je tiens à m'excuser pour les bugs au niveau des couleurs, je n'ai pas réussi à les régler...



14 commentaires:

  1. Réponses
    1. Peut-être est-il meilleur en VO... J'espère qu'il te plaira si tu le lis.

      Supprimer
  2. Malgré les points négatifs que tu soulevés, ce roman me tente assez ! Je ne le connaissais pas, mais les personnages ont l'air d'être intéressants et profonds . Merci de la découverte :)
    Ps : en ce qui concerne les dialogues, je me suis déjà fait cette réflexion pour bon nombre de romans, mais ca ne me dérange pas vraiment, car après tout, c'est un roman... en tout cas, ta chronique est très complète et donne une bonne idée générale du livre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu pourras le lire, dans ce cas, et qu'il te plaira. :) De rien !
      Oui, mais ce sont des lettres, donc... C'est à voir. ^^ Merci !

      Supprimer
  3. J'ai peur que, comme tu le dis, ce soit trop monotone. En fait, je ne m'attendais pas à ce que ce soit qu'une seule lettre mais plusieurs et il lui répondait ... Enfin, je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire ! ^^
    Finalement, je ne pense pas le lire même si il me tentait au début :-/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui... Cela aurait été bien si ça avait été comme ça ! Si si, je vois très bien. ^^ Je comprends parfaitement, il ne vaut pas réellement le détour si tu n'es pas intéressée.

      Supprimer
  4. C4est difficile quand on ne parvient pas vraiment à rentrer dans l'histoire comme ça. Je ne connaissais pas mais je ne pense pas essayer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet... Comme pour Anaïs, je comprends que tu ne souhaites pas le découvrir.

      Supprimer
  5. Malgré ta chronqiue mitigé, j'ai bien envie de découvrir ce roman, le résumé que se soit le tien ou celui de la quatrième de couverture attire mon attention, alors pourquoi pas :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que le résumé est très attirant. Dans ce cas, j'espère que tu pourras le découvrir ! :)

      Supprimer
  6. Je veux le lire depuis sa sortie, il est toujours dans ma WL, il faut que je craque maintenant ^^

    RépondreSupprimer
  7. Je partage entièrement ton avis! Mais je crois que j'attendais trop de ce roman!

    RépondreSupprimer

Parce qu'un commentaire fait toujours plaisir... :)