mardi 29 décembre 2015

Quelqu'un qu'on aime - Séverine Vidal


Titre : Quelqu’un qu’on aime
Auteure : Séverine Vidal
Edition : Sarbacane
Genre : Contemporain
Nombre de pages : 205
Résumé : "Matt craignait le pire. Il sent sur son cou la main de son grand-père, qui prend la parole :
– Je perds la mémoire. Et ce jeune homme, assis là, il m'emmène en tournée à travers les USA pour réveiller les souvenirs enfouis. C'est pas beau, ça ?
Antonia et Luke hochent la tête ensemble, parce qu'ils sont émus, Matt le voit dans le rétro.
Gary relâche son étreinte et :
– Qui pourrait rêver meilleur petit-fils, hein ?

Matt craignait le pire et ce n'est pas ce qui est arrivé. C'est même tout le contraire."

Mouais.

    Quelqu’un qu’on aime a pas mal tourné sur la blogo cet été, et avec tous les avis positifs qui ont fleuri dessus, j’ai vite eu envie de le lire. Cela a enfin été le cas grâce au CDI du lycée, et au final, j’ai un ressenti très mitigé. Ce n’est pas une déception car je ne m’attendais pas à un coup de cœur, mais cela s’en rapproche. Dommage…
     Quelqu’un qu’on aime est une histoire à plusieurs voix. Nous avons 4 narrateurs « réguliers », et deux ou trois autres qu’on voit assez peu. C’est l’histoire de Matt, 21 ans, un jeune homme à peu près normal. Son grand-père, Gary (ou Old Gary (en passant j’ai détesté ce surnom, je ne saurais expliquer pourquoi, mais ça m’a horripilée)), est atteint de la maladie d’Alzheimer, et avant que cela ne s’aggrave trop, Matt veut faire revivre à Gary une partie de sa jeunesse en l’emmenant sur les routes de la tournée de 1958 de Pat Boone, l’équivalent d’Elvis Presley en moins connu. Matt a tout organisé minutieusement pour le départ, mais rien ne va se passer comme il l’espérait. Au début du livre, il apprend qu’il est papa d’une petite fille, Amber, et alors qu’il devait prendre l’avion avec Gary pour je-ne-sais-plus-où, une tempête empêche le décollage des avions. Entretemps, nous découvrons deux nouveaux personnages : Luke, un ado qui a décidé de quitter un temps sa famille pour aller vivre à Détroit, et Antonia, jeune trentenaire qui vient de rompre avec son petit-ami et se prépare à aller à un entretien d’embauche dans une grande firme immobilière. De fil en aiguille, Gary, Antonia, Luke et Matt (et Amber) se retrouvent tous ensemble et décident de louer un van pour le faire tout de même, ce parcours des étapes de la tournée de Pat Boone (dont Gary est très fan)  de 1958. Et voilà comment tout commence…
    L’histoire n’est donc pas des plus originales, mais personnellement elle m’a bien plu. J’adore les road-trip, donc de ce côte-là je n’ai rien à dire – à part que j’aurais aimé plus de passages où ils sont vraiment en train de rouler. Séverine Vidal délivre un beau message sur la famille, l’amitié, et la maladie d’Alzheimer, dont Gary est atteint. Elle n’a pas cherché à dramatiser la situation ni à l’enjoliver, et j’ai trouvé que tout était bien réaliste. Je n’ai pas cherché à me renseigner sur Pat Boone parce que j’avais la flemme et que je sais que ce n’est pas mon genre de musique, mais c’est une idée originale d’avoir choisi cet artiste et sa tournée de 1958 comme toile de fond (même si personnellement j’aurais préféré un pilier de la scène metal, mais on ne peut pas tout avoir haha ^^).

« Antonia ne voit pas leurs visages, mais elle sait qu'ils rient tous les deux.
Antonia a gagné une famille, une drôle de petite famille ; et c'est exactement la douceur dont elle avait besoin. »

    Cependant, et c’est un des premiers points négatifs, je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages. Je ne sais pas, mais je les ai trouvés tous assez typés, chacun ayant un rôle bien défini et précis : Gary, le grand-père un peu – trop – excentrique ; Matt, le jeune homme nouvellement père un peu paumé ; Luke, l’ado rebelle avec des secrets de famille ; Antonia, qui sait prendre les choses en main… Ce n’était pas exagéré, mais c’est l’impression que j’ai eue. Je ne suis pas parvenue à me sentir proche d’eux, à les trouver « réels »… Ils n’étaient pas pas approfondis, ils finissent par évoluer, cependant ils restent simples, et je n’ai pas accroché.
    En outre, je trouve que tout va trop vite. L’auteure ne prend pas suffisamment le temps de s’attarder sur certains passages, et la fin arrive trop rapidement à mon goût. C’est une jolie fin, pas vraiment satisfaisante (mais c’est souvent le cas des fins), et elle a un beau message, mais elle arrive comme ça, d’un coup, et on se dit : « Quoi ? C’est déjà fini ? ». Cela pourrait être positif puisque cela prouverait que le livre se lit très vite (ce qui est le cas), or cela n’a pas été le cas ici. Il aurait peut-être fallu plus de pages…
    Malgré tout, ce ne sont pas les plus gros points négatifs de Quelqu’un qu’on aime. Non, le pire du pire a été, à mes yeux en tout cas, le style de l’auteure, auquel je n’ai pas, mais alors pas du tout adhéré. Déjà, je n’ai pas ressenti de réelle émotion durant ma lecture, et contrairement à d’autres lecteurs, je ne suis pas « passée du rire aux larmes ». Loin de là, d’ailleurs. Je n’ai pas senti énormément d’humour, à part deux ou trois passages, et n’ai versé aucune larme ; je suis plutôt restée neutre tout le long du livre. Et pour moi, un livre sans émotion ne peut être qualifié de « vraiment bien », je suis très difficile là-dessus. Ensuite, le style de Séverine Vidal est beaucoup trop simple à mon goût : elle raconte, mais c’est tout – c’est un avis très personnel. C’est X fait ci, fait ça, dit machin, ressent ça, pense ça. C’est tout. Il manque ce petit quelque chose, cette « patte » qui fait qu’un auteur a un style propre et original. Enfin, il y a les dialogues. Ceux-ci sont d’une simplicité… Et surtout, il y a une abondance de points d’exclamation. Limite il y en avait un par dialogue ! Et le pire : j’ai repéré plusieurs fois plusieurs points d’exclamation à la suite, allant de « !! » à, si je me souviens bien « !!!! » (voire plus) en passant par « !!! », sans oublier les « ?! ». Je n’ai rien contre les points d’exclamation dans les dialogues, mais pour moi, en mettre plusieurs à la suite, ça ne se fait tout simplement pas. C’est tellement horripilant ! De même pour les « ?! » qui sont, pour le coup, tout simplement trop expressifs à mon goût. Je suis une adepte de la simplicité et de la retenue, alors voir toute cette ponctuation d’une simplicité désarmante, cela ne m’a pas plu.
    Aux éventuels contestataires, je reprécise que je suis très difficile là-dessus.
    Qu’aurais-je pu oublier… Quelqu’un qu’on aime se lit très vite, on a envie de tourner les pages – même si mon envie n’était pas plus forte que ça pour ma part –, je l’ai déjà dit, mais tant pis, je me répète : c’est une jolie histoire avec un beau message. Je n’avais encore jamais lu de livres sur la maladie d’Alzheimer (même si ce n’est pas non plus le sujet principal de ce petit roman), et c’est ici un thème très bien traité, qui nous ouvre les yeux sur la réalité. Il y a des passages qui peuvent être touchants… C’est un bon livre pour se détendre, mais il ne faut pas être trop difficile – comme moi –, au risque d’être plutôt déçu.
   
    Ainsi, Quelqu’un qu’on aime est une bonne lecture sans plus. L’histoire est un bien, il y a des messages forts, mais les points négatifs sont beaucoup trop nombreux. Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages, certaines choses vont trop vite, et surtout, je n’ai pas adhéré du tout au style de l’auteure, beaucoup trop simpliste pour moi, et sans émotion. Je suis un peu déçue. Si vous êtes intéressés, lisez-le, mais personnellement, je ne le recommande pas, il ne vaut pas plus que ça le détour.

21 commentaires:

  1. J'ai beaucoup entendu parler de ce livre et si j'en ai l'occasion je le lirai sûrement mais je ne l'achèterai pas. En tout cas c'est une très bonne chronique et même sans l'avoir lu je peux comprendre ce que tu as ressenti :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que ça vaut plus le coup de l'emprunter. Merci ! :)

      Supprimer
  2. Je n'avais pas trop apprécié ce livre non plus. L'histoire est sympa, avec un beau message... mais ça s'arrête là. Les personnages ne sont pas trop attachants, et le style trop simple. Dommage !

    RépondreSupprimer
  3. Le CDI de ton lycée est réactif, c'est un livre assez récent :) En tout cas, même si tu as été un peu déçue, je suis contente que le côté road trip t'ait plu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, surtout qu'il y a un cahier où on peut noter des idées de livres à commander, donc c'est cool. :D J'ai un faible pour les road-trip... ^^Dommage que le reste ne soit pas aussi bien.

      Supprimer
  4. Vu tous les bons avis, je pense tout de même que cette histoire peut me plaire. De plus, personnellement (hors de la ponctuation), je ne cherche quelque chose de ouf ou trop poétique dans ce style de lecture donc moi, ça me va ^^
    Dommage tout de même, pour toi :-/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que vu comme ça... ^^ J'espère que tu pourras le lire et que tu aimeras. :) C'est vrai, mais bon, ça arrive... Je suis une grosse difficile !

      Supprimer
  5. Un livre qui me tente pas mal ^^,contente qu'il t'ai quand même plus :).

    Camille :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu pourras le découvrir. :)

      Supprimer
  6. Ce livre ne me tentait pas au départ et je dois dire que vu ton avis, je ne suis pas tentée tout autant ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends, tu peux passer à côté. ^^

      Supprimer
  7. Je ne crois pas l'avoir vu tourné, ou alors je n'en garde pas le souvenir car ce n'est pas un livre qui m’intéresse :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était vers aout-septembre je crois. Je comprends qu'il ne t'intéresse pas, il ne vaut pas le coup je trouve.

      Supprimer
  8. Il est super ton CDI... Il n'y avait pas ce genre de bouquins dans le mien ^^.
    En tout cas, j'ai très envie de découvrir cette histoire. Je vais surement l'emprunter à la médiathèque qui vient de le recevoir. Dommage que ton avis soit mitigé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'on a beaucoup de chance. ^^
      J'espère que tu aimeras, dans ce cas. :) Oui, c'est dommage...

      Supprimer
  9. Bien que ton avis soit mitigé j'aime bien le principe de ce livre , c'est mignon !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que c'est pas mal. :) J'espère que tu pourras le découvrir !

      Supprimer
  10. J'ai découvert ce livre il y a quelques jours et je suis déçu que ce livre ne t'ai autant plu qu'à moi... Je suis quand même contente que tu aies perçu le message transmis par l'auteur et que tu aies apprécié le roadtrip ! Néanmoins les points négatifs qui t'ont empêché d'apprécier cette lecture ne m'étonnent pas plus que ça. J'ai ressenti le même sentiment de non-attachement aux personnages en lisant Phobos et je dois dire que ça peut vraiment gâcher une lecture ! En ce qui concerne le style d'écriture et les personnages trop typés à ton goût je ne peux pas te contredire, j'ai moi aussi remarqué que son style était plutôt simple mais j'ai justement apprécié ressentir autant d'émotions sans pour autant lire de belles phrases poétiques. Les personnages ne m'ont pas paru spécialement trop clichés, comparé à ceux de Phobos en tout cas, j'arriverai beaucoup plus à m'identifier à eux ! Je respecte tout de même ton avis mais je pense que ces petits détails n'auraient pas du jouer sur ton avis. Si tu as envie de découvrir ma chronique sur ce roman, elle est disponible sur mon blog ! Comme ça tu pourras me dire si tu es d'accord avec moi sur certains points, comme je l'ai fais sur ta chronique :) Merci pour ton avis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chacun son avis. :)
      Ah, je suis contente de ne pas être la seule à être dans ce cas ! J'aime beaucoup les styles riches et poétiques, donc comparé à celui de Séverine Vidal... Le problème est que je n'ai ressenti aucune émotion, donc... :/
      Merci pour ce commentaire en tout cas. :) J'irai voir ça, et de rien !

      Supprimer
  11. Je suis assez d'accord avec toi. C'est une belle histoire avec un joli message mais ça ne va pas au delà. Comme toi, je ne me suis pas attaché aux perso et j'ai ressenti aucune émotion. Et dans un roman comme celui là c'est dommage. Par contre j'ai adoré l'écriture de l'auteur.

    RépondreSupprimer

Parce qu'un commentaire fait toujours plaisir... :)