jeudi 7 janvier 2016

Un peu de théâtre... [1] Marivaux, Musset & Racine

Bonjour à tous !
Un article un peu particulier aujourd’hui : j’ai lu 4 pièces de théâtre ce mois-ci, et je ne voulais pas qu’elles restent sans chronique. J’ai donc décidé d’écrire un mini-avis pour chacune. On commence tout de suite…



Titre : L’île des esclaves
Auteur : Marivaux
Edition : Larousse, collection Petits Classiques
Nombre de pages : 125
Résumé : Echoués à la suite d'un naufarge sur une île gouverné par des esclaves fugitifs, une coquette et un petit-maître perdent la liberté tandis que leurs esclaves desormais affranchis deviennent maîtres - et leur font subir diverses épreuves : "Nous vous jetons dans l'esclavage pour vous rendre sensibles aux maux qu'on y éprouve ; nous vous humilions, afin que, nous trouvant superbes, vous vous reprochiez de l'avoir été."




Une très bonne pièce. Je l’ai lue début décembre pour les cours, et je l’ai par la suite relue une autre fois. L’écriture de l’auteur est, selon moi, très abordable, tout comme l’histoire : deux couples de maîtres-esclaves arrivent sur un île, « l’île des esclaves ». Ils apprennent que les rôles sont inversés : les esclaves deviennent des maîtres, et les maîtres des esclaves. Nous sommes donc face à une utopie sociale que j’ai trouvée très intéressante, puisqu’on voit la grandeur des esclaves, notamment Arlequin. Marivaux mélange les genres, ce qui m’a plu : ainsi, nous n’étions pas que dans le comique ou que dans le pathétique. J’ai beaucoup aimé cette pièce, et je la conseille si vous voulez lire une pièce pour le plaisir, d’autant plus qu’elle est très courte. C’est une bonne lecture.

 ♦♦♦


 Titre : On ne badine pas avec l’amour
Auteur : Alfred de Musset
Edition : Bordas, Univers des Lettres Bordas
Nombre de pages : 127
Résumé : Deux jeunes gens intelligents, cultivés, sensibles se retrouvent après dix ans de séparation dans le giron familial où ils ont vécu ensemble leurs années d'enfance. Tout est préparé pour fêter ces retrouvailles... Pourtant, une lutte cruelle et impitoyable va s'engager. Chacun va chercher à éprouver la vérité de l'autre, au lieu de s'abandonner aux élans de son cœur et à l'intuition de ses sens. À l'épreuve de cette vérité, les masques tombent : les notables sombrent dans le ridicule, tandis que les jeunes héros vont faire, dans le malheur, l'expérience de l'ouverture inconditionnée à l'amour. Décidément, l'amour n'est pas un sujet de comédie...



Deuxième pièce de théâtre que je devais lire pendant les vacances. Celle-là aussi, je l’ai beaucoup aimée. Musset écrit très bien, et là encore l’histoire est facile à suivre. Les deux personnages principaux, Perdican et Camille, doivent se marier. Cependant, ils se défient sans cesse, s’ignorant un jour et s’avouant leur amour un autre… J’avoue ne pas trop avoir compris la fin, mais ce n’est pas grave. J’ai adoré les personnages par leur profondeur (parce que Camille, avec son orgueil, est assez détestable). Comme la première pièce de Marivaux, je vous conseille celle-ci, surtout qu’il y a quelques scènes comiques et une belle histoire d’amour. Une autre bonne lecture !

 ♦♦♦

(Ce n'est pas la couverture de mon édition)
Titre : Le jeu de l’amour et du hasard
Auteur : Marivaux
Edition : Larousse, collection Classiques Larousse
Nombre de pages : 192
Résumé : Pour juger de la qualité du fiancé qu'on voudrait lui imposer, Silvia prend la place de Lisette, sa servante. Mais Dorante, le fiancé, a eu la même idée de son côté... Le dispositif ainsi truqué, la partie commence: jeu de l'amour, mais surtout jeux de l'esprit, marivaudage grâce auquel la vérité va triompher de l'apparence et l'amour de la raison.
Assis dans son rôle de confident, le spectateur, seul à savoir que qui croit tromper est trompé à son tour, est seul à saisir l'allusion au vol. Emerveillé, il fait le compte des coups. Et quand le rideau tombe avec les masques, tout le monde - selon l'expression forgée par Marivaux lui-même -, est "tombé amoureux": Dorante de Silvia, Silvia de Dorante, Arlequin de Lisette, Lisette d'Arlequin... et le spectateur de Marivaux.


Cette pièce, c’est ma prof de français qui me l’a donné – enfin, c’est moi qui l’ai choisie. J’avais beaucoup aimé L’île des esclaves, alors je me suis lancée. C’était la première fois que je lisais une pièce de théâtre de moi-même. Là encore, je n’ai pas été déçue. Ici, nous avons quatre personnages centraux : Silvia et sa suivante Lisette ; Dorante et son valet Arlequin. Silvia et Dorante sont promis l’un à l’autre, mais Silvia est méfiante : elle va donc demander à Lisette de prendre sa place lors de sa rencontre avec Dorante pour voir son comportement. Cependant, Dorante a la même idée et échange son rôle avec Arlequin ! Ainsi, Dorante et Silvia sont déguisés en valet et vont se rencontrer, et de même pour Lisette et Arlequin, sauf que ce sont eux les maîtres. On retrouve un peu le principe de L’île des esclaves avec l’inversion des rôles, et ce fait m’a bien plu. Même si j’ai parfois été perdue entre qui savait qui était qui, j’ai trouvé cette pièce très facile à lire et bien plaisante. Je vous la recommande ! C’est, une fois de plus, une bonne lecture pour ma part.

♦♦♦


Titre : Andromaque
Auteur : Racine
Edition : Folio classique
Nombre de pages : 175
Résumé : Oreste aime Hermione, qui aime Pyrrhus, qui aime Andromaque, qui aime Hector, qui est mort... Pris dans une chaîne amoureuse sans issue, comment pourraient-ils s'en sortir ? De fait, quand le rideau s'ouvre, tous les éléments de l'étau tragique sont déjà prêts à se refermer sur les personnages : prisonniers de leurs passions, leur perte est inéluctable. Racine orchestre avec délectation leurs débats impuissants, leurs actions désespérées, et leur terrible fin, pour le plus grand plaisir du spectateur et du lecteur.




Encore une pièce que je lis de mon plein gré. Celle-ci est plus difficile : l’écriture est davantage soutenue, et en plus écrite en vers. Au début, j’ai eu beaucoup de mal, j’étais complètement paumée dans les actions, et je me suis aidée du résumé présent à la fin de mon édition. Cependant, à l’acte III, les actions se sont précisées et j’ai enfin pu comprendre. Le schéma est très simple : Oreste aime Hermione, qui aime Pyrrhus, qui lui aime Andromaque, et Andromaque n’aime que son défunt mari, Hector… L’intrigue se base autour d’Andromaque, dont le fils est convoité par les Grecs, et ses décisions vont bouleverser la pièce. C’est un personnage que j’ai beaucoup apprécié par son caractère : elle tient à ses convictions et fait tout pour protéger son fils. En revanche, si vous voulez lire cette pièce, je vous conseille d’avoir des connaissances solides sur la guerre de Troie : c’est de là que tout part, puisqu’apparemment Andromaque est Troyenne, et les Grecs veulent tuer son fils. Personnellement, j’ai eu beaucoup de mal à comprendre cette pièce au début à cause de cela : j’ignorais qui étaient les « gentils » et les « méchants ». Cependant, cela reste une bonne lecture.
 

Et vous ? Avez-vous lu ces pièces ? Que pensez-vous du théâtre ?

18 commentaires:

  1. Ah les classiques... je n'en lis plus beaucoup maintenant mais voilà certains que j'avais du lire quand j'étais en première.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour une fois, j'étais motivée pour en lire. ^^ En tout cas je n'ai pas été déçue. :)

      Supprimer
  2. Je n'aime pas trop les classiques. Dans ma vie, seulement 2 m'intéressent : Orgueil & Préjugés (que j'ai dans ma PAL) et Les hauts de hurlevent ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends. ;) Les deux sont très biens !

      Supprimer
  3. J'ai lu les 3 premières que tu mentionnes, même si ça date un peu. J'avais apprécié les histoires, mais j'ai un peu de mal à lire du théâtre, en fait. Je préfère assister à une pièce (même si en vrai, je ne le fais James non plus ^^).
    En tout cas, dans un autre registre, j'avais adoré le Antigone de Anouilh et je ne peux que la conseiller.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil que toi, au début j'avais beaucoup de mal. Mais ma prof de français m'a convertie ! Et c'est toujours sympa de voir la pièce. :)
      Je vais essayer de le trouver, j'avais justement très envie de le lire !

      Supprimer
  4. J'ai le même avis que toi sur les 3. C'est vrai qu'Andromaque est dur à lire, je n'arrête pas de me paumer. Par contre, j'ai adoré la représentation qu'on a vue de L'Ile des esclaves. x)

    RépondreSupprimer
  5. C'est sympa de voir que tu as aimé toutes ces pièces de théâtre :) j'avais été un peu déçue par le jeu de l'amour et du hasard mais ça comme on ne badine pas avec l'amour m'avaient plu aussi ! Et j'aimerais bien lire andromaque un jour ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pensais pas autant apprécier. :)
      Andromaque est assez difficile à lire, je trouve, surtout qu'il n'y avait aucune note dans mon édition. ^^

      Supprimer
  6. La seule pièce que j'ai lue sur les 4 est L'île des esclaves. Étant donné que je l'ai lue il y a 7 ans pour le bac de français je ne m'en souviens plus trop ^^.
    Sinon j'ai lu Dom Juan qui est ma pièce de théâtre préférée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'étonnes. ^^ Dom Juan est une très bonne pièce, je l'avais beaucoup aimé également !

      Supprimer
  7. Je n'en ai lu aucune, même si j'en ai déjà entendu parler... Marivaux m'a l'air d'être un très bon auteur, je vais voir si je peux tester Le jeu de l'amour et du hasard, mais L'île des esclaves me tente bien aussi :) Pour Racine, pourquoi pas... Par contre Musset ne me tente pas du tout ^^
    Je trouve ces mini-chroniques super intéressantes... Pourquoi pas en refaire d'autres si tu lis d'autres pièces? ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les deux pièces sont vraiment bien en tout cas. ^^ Je comprends ; pourtant On ne badine pas avec l'amour est vraiment agréable à lire. :)
      Contente que ça te plaise ! Oui, pas de problème. :)

      Supprimer
  8. Il faudrait vraiment que je lise ces classiques :x Je suis curieuse concernant la plume de Marivaux^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout le temps. ;) Je te conseille de la tenter !

      Supprimer
  9. Je n'ai lu que Le jeu de l'amour et du hasard et j'avais trouvé cette pièce très sympa ! :)

    RépondreSupprimer

Parce qu'un commentaire fait toujours plaisir... :)