jeudi 14 janvier 2016

Un peu de théâtre... [2] Musset, Molière & Racine

  Bonjour à tous ! Comme Julie précédemment, j’ai lu plusieurs pièces de théâtre en décembre, et ai décidé d’en faire des mini-chroniques. C’est un genre qui change de ceux dont nous parlons d’habitude, et cela peut vous faire redécouvrir des classiques. Et on commence avec…


Titre : On ne badine pas avec l’amour
Auteur : Alfred de Musset
Edition : Bordas, Univers des lettres Bordas
Genre : Théâtre
Nombre de pages : 127
Résumé : Deux jeunes gens intelligents, cultivés, sensibles se retrouvent après dix ans de séparation dans le giron familial où ils ont vécu ensemble leurs années d'enfance. Tout est préparé pour fêter ces retrouvailles... Pourtant, une lutte cruelle et impitoyable va s'engager. Chacun va chercher à éprouver la vérité de l'autre, au lieu de s'abandonner aux élans de son cœur et à l'intuition de ses sens. À l'épreuve de cette vérité, les masques tombent : les notables sombrent dans le ridicule, tandis que les jeunes héros vont faire, dans le malheur, l'expérience de l'ouverture inconditionnée à l'amour. Décidément, l'amour n'est pas un sujet de comédie...

    J’ai lu cette pièce dans le cadre des cours de français, et étonnamment j’ai vraiment bien aimé. Le sujet est simple et pas trop difficile à comprendre : le père de Perdican et oncle de Camille souhaite marier les deux jeunes gens et organise tout un stratagème pour que leurs retrouvailles soient parfaites, sauf que Camille ne semble pas s’intéresser à Perdican… J’ai apprécié l’histoire, c’est facile à lire, et on se demande comment tout cela va finir. Le style de Musset n’est pas compliqué du tout, contrairement à d’autres auteurs de l’époque, et surtout : on sent le comique. Là, au moins, j’ai ri ! La première phrase m’a fait sourire, et il y a beaucoup de passages comiques. Ce n’est pas trop léger non plus ; tout est bien dosé. Il n’y a que la fin que je n’ai pas comprise… Dans l’ensemble, j’ai pris du plaisir à cette lecture, qui m’a même réconciliée avec le théâtre. C’est une bonne lecture que je ne regrette pas.

♦♦♦ 

Titre : Le Tartuffe
Auteur : Molière
Edition : Hatier, Classiques & Cie
Genre : Théâtre
Nombre de pages : 143
Résumé : Une famille est déchirée; sous le masque d'une religion austère, un intrus s'est installé, a conquis Orgon, le maître de maison, et sème de désordre : il courtise en secret la femme de son hôte, convoite sa fille et ses biens. Et Orgon n'y voit que du feu... sacré En 1664, Molière montre, dans Le Tartuffe, les dangers de l'imposture et de l'aveuglement. Deux fois interdite à l'époque, sa pièce est plus que jamais d'actualité. Et si le rire restait le meilleur moyen de combattre le fanatisme ?



    Pour une fois, c’est une pièce que je n’ai pas lue pour les cours, mais pour moi. Je n’ai jamais été une grande fan de Molière, mais j’avais envie d’essayer, donc voilà. Au final, je ne suis toujours pas fan de Molière. Je n’ai pas détesté Le Tartuffe, mais pas adoré non plus. Pour résumer l’histoire, c’est un dévot (un religieux très austère), Tartuffe, qui s’est installé chez Orgon – qui, tout comme sa mère, a beaucoup d’admiration sur lui – et qui squatte (le mot convient parfaitement) en en profitant bien. Tartuffe essaye de séduire Elmire, la femme d’Orgon, et va en même temps épouser bientôt Mariane, la fille d’Orgon, qui elle aime Valère, qui l’aime également. Et au milieu de tout ça, nous avons Dorine, servante de Mariane, qui n’a pas la langue dans sa poche. Je n’ai pas accroché plus que ça à l’histoire : celle-ci n’est pas très captivante, et les personnages vraiment trop typés. D’autant plus que les femmes semblent vraiment faibles et soumises, à part Dorine ! L’écriture est en vers, mais on finit par s’habituer. Le dénouement est très prévisible, et encore, j’aurais aimé plus de scènes avec Mariane et Valère. Bof bof, donc. Le comique n’était pas non plus très présent, là c’est clair que je ne me suis pas tordue de rire devant le livre, même quand Tartuffe faisait les yeux doux à Elmire avant de se montrer plutôt entreprenant. Les sujets abordés sont intéressants à étudier et toujours valables de nos jours, cependant cela ne m’a pas touchée plus que ça. C’est une lecture moyenne qui ne me marquera pas.

♦♦♦



Titre : Phèdre
Auteur : Jean Racine
Edition : Nouveaux Classiques Larousse
Genre : Théâtre
Nombre de pages : 116
Résumé : Phèdre aime Hippolyte, mais elle est l'épouse de Thésée, le père d'Hippolyte. Il y a de la tragédie dans l'air. De l'inceste ou de l'adultère, quelle faute conduira-t-elle l'intrigue jusqu'à son terme fatal ? Racine, réécrivant les Anciens, exacerbe les sentiments. Des interdits, des amours contrariées, des trahisons, et tout cela au rythme implacable de l'alexandrin.




    Nous avions, il y a 2 ans, étudié en 3ème un extrait de cette célèbre tragédie de Racine, et, puisqu’elle était présente dans la biblio familiale, j’avais essayé de la lire, mais avais eu la flemme de la finir. J’ai enfin décidé de la réattaquer, et au final, je suis satisfaite de ma lecture. Phèdre, à son plus grand désespoir, est amoureuse de son beau-fils Hippolyte, qui lui a déclaré sa flamme à une jeune femme que Thésée, le père d’Hippolyte, méprise… L’histoire est un peu compliquée au début, surtout qu’elle est écrite en vers et qu’il y a beaucoup de mythologie – domaine dans lequel, même si je suis latiniste, je suis très nulle. Mais on s’habitue… C’est une tragédie classique pure et dure, mais je l’ai trouvée bien écrite, l’histoire peut encore être valable à notre époque, et malgré une fâcheuse tendance des personnages à parler d’eux à la troisième personne (c’est d’ailleurs plutôt drôle), j’ai bien réussi à m’attacher à eux. On ressent bien la détresse de Phèdre, le désarroi d’Hippolyte lorsqu’elle lui avoue son amour… Mais ce qui m’a le plus plu, c’est la fin, qui est digne d’une tragédie. Je ne saurais expliquer pourquoi, mais elle était vraiment en accord avec le reste de l’histoire. J’ai eu cependant un peu plus de mal avec [SPOILER] la mort d’Hippolyte, qui était quand même pas mal épique et trop exagérée. [FIN DU SPOILER]. C’est une bonne lecture que je ne regrette pas, elle me réconcilie avec le théâtre et me fait redécouvrir les tragédies. Je vous la conseille !



22 commentaires:

  1. Ton article m'a fait découvrir des pièces que je ne connaissais que de nom alors merci ;)
    On ne badine pas avec l'amour me tente ^^

    Camille :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, de rien. :)
      J'espère que tu pourras la lire, c'est une pièce pas mal du tout !

      Supprimer
  2. J'ai peut-être lu Le Tartuffe à l'école... mais je n'en garde pas vraiment souvenir ^^ Le théâtre n'est pas vraiment un genre que j'apprécie, mais il y a de bonnes pièces, c'est sûr :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pareil avec les pièces de Molière que j'ai lues en 6ème. x) Je comprends. :)

      Supprimer
  3. AAAh le théatre et je vois Phèdre que j'avais passé au bac de Français à l'oral... lol pas de si bons souvenirs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'étonnes. ^^' C'est marrant, on a encore parlé de Phèdre en latin... Dommage qu'elle ne soit plus au programme de 1ère, elle est pas mal du tout.

      Supprimer
  4. Je n'ai lu aucune de ses pièces de théâtre, après le théâtre ce n'est pas trop mon truc ^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends, c'était mon cas avant. ^^

      Supprimer
  5. C'est cool, les filles, que vous lisiez des classiques ! :)
    Le théâtre, c'est vraiment génial !!! Dommage que ce soit parfois abordé de manière "vieillotte" par certains professeurs de français / littérature. Pour ma part, c'est en faisant du théâtre pendant 7 ans que j'ai découvert les plus belles pièces : nous ne les jouions pas forcément, mais mon professeur nous en parlait (et très bien !) donc forcément ça donnait envie :)

    Gros bisous ! <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, et surtout qu'on les apprécie. ^^
      Je trouve qu'on a une super prof de français/littérature cette année, c'est elle qui m'a donné envie de laisser une seconde chance aux classiques. ^^
      Tant mieux alors !
      Bisous <3

      Supprimer
  6. J'aime beaucoup ce changement de lectures, ça fait du bien de temps en temps et ta façon d'en parler est rigolote =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ça diversifie les genres. ^^ Merci ! :)

      Supprimer
  7. J'ai lu Tartuffe pour les cours et l'étudier était plutôt sympa :)

    RépondreSupprimer
  8. J'ai lu Phèdre par curiosité il y a quelques années, il n'était pas dans mon programme de français et je trouvais dommage de passer à côté. J'en garde un bon souvenir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que Phèdre est bien. :) Dommage qu'on ne l'ait pas étudié non plus, ça aurait été bien.

      Supprimer
  9. J'ai lu Phèdre au lycée mais je n'en ai plus trop de souvenirs. Je n'aimais pas du tout les lectures du lycée à l'époque ^^.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends parfaitement, ça me fait pareil avec Gargantua. x)

      Supprimer
  10. aaaaaah, voilà tout pleins de pièces que je dois lire ❤

    RépondreSupprimer

Parce qu'un commentaire fait toujours plaisir... :)