mardi 23 février 2016

L'Empire des anges - Bernard Werber

Série : Pentalogie du Ciel, tome 2
Titre : L’Empire des anges
Auteur : Bernard Werber
Edition : Le Livre de poche
Genre : Contemporain / Science-fiction
Nombre de pages : 443
Résumé : Que pensent les anges de nous ? Que peuvent-ils faire pour nous aider ?  Qu'attendent-ils de l'humanité en général ?
Lorsque Michael Pinson (stupidement tué dans un accident d'avion percutant un immeuble) a passé avec succès l'épreuve de la "pesée des âmes", il a accédé au royaume des anges. Mais passé le premier émerveillement, il découvre l'ampleur de la tâche.
Le voilà chargé de trois mortels, qu'il devra désormais guider et aider tout au long de leur vie. Ses moyens d'action: les rêves, les signes, les médiums, les intuitions, les chats.
Cependant, il est obligé de respecter le libre arbitre des hommes. Il s'aperçoit que ceux-ci essaient de réduire leur malheur au lieu de construire leur bonheur. Que faire pour leur montrer la voie ?
Et puis comment s'occuper intelligemment au Paradis, un endroit bien sympathique mais sans cinéma, sans musique, sans restaurant ?
→ Ma chronique du tome précédent, Les Thanatonautes, par ici.
Vous pouvez lire L’Empire des anges sans avoir lu Les Thanatonautes.

Comme toujours, une très bonne lecture malgré quelques petits points négatifs.

    Depuis l’année dernière, j’ai lu beaucoup de livres de Bernard Werber, qui a été une véritable révélation pour moi après ma lecture du Miroir de Cassandre, qui avait été un coup de cœur (et un des premiers articles publiés sur le blog !). L’Empire des anges est mon huitième roman de cet auteur, si je ne me trompe pas, et je ne me lasse toujours pas. Les Thanatonautes avait été une très bonne lecture ; il en est de même pour celui-ci, même si je l’ai trouvé moins long.
     Nous retrouvons donc Michael Pinson, qui vient juste de mourir en raison d’un crash d’avion sur son immeuble. Après avoir traversé les sept Murs découverts lors de son épopée thanatonautique, après avoir doublé toute la file des âmes attendant leur jugement, il parvient devant les trois archanges qui doivent le juger. Assisté par son ange gardien Emile Zola (oui oui), il atteint les 600 points qui lui permettent de ne pas être réincarné et de passer à l’étape suivante : devenir à son tour ange gardien. On lui confie trois âmes, trois « clients » : Venus, une Américaine qui porte très bien son nom, Jacques, enfant « normal » (au début du moins), et Igor, un Russe non désiré par sa mère. Il doit veiller sur eux, exaucer leurs souhaits, et les guider avec les rêves, les intuitions, etc. Michael retrouve également Raoul et Freddy, deux autres pionniers de la thanatonautique, ainsi qu’Edmond Wells, le fameux auteur de L’Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu. Ils sont tous au rang des 6, et la grande question que se posent Raoul et Michael, c’est : qu’en est-il du rang des 7 ? Qu’y a-t-il après les anges gardiens ? Parallèlement, nous suivons l’évolution des « clients » de Michael, de leur naissance à leur mort.
    Tout d’abord, j’ai beaucoup apprécié la forme du récit. Nous avons alternance du PDV interne de Michael avec des extraits de L’Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu toujours plus ou moins intéressants et des bribes de la vie de Jacques, Igor et Venus, ce qui fait qu’on ne s’ennuie pas. Les passages avec les « clients » de Michael sont d’ailleurs ceux que j’ai préférés, car ils ne sont ni trop longs, ni trop courts, et Bernard Werber sait pousser la curiosité du lecteur, qui ne peut que se demander ce qui va advenir de ces trois personnages si différents les uns des autres, en apparence si « typés » alors qu’en fait, ils sont vraiment profonds.
    En effet, ces personnages sont assez déstabilisants. Pendant une grande partie du livre, Venus est une personne égocentrique et détestable : elle est obnubilée par sa seule beauté, va même devenir Miss Univers… jusqu’à ce que sa vie précédente la rattrape. Igor va endurer la rage de sa mère dès sa naissance, va être vite confronté à la loi du plus fort, va devenir militaire pour échapper à l’asile ; et enfin, Jacques, va se réfugier assez tôt dans un monde à lui, à la limite de l’autisme. Jacques surtout m’a touchée, car il va devenir un écrivain presque « raté », et on suit sa quête dans la recherche de l’écriture parfaite. J’ai également apprécié Igor, qu’on ne peut que prendre en pitié. Venus, un peu moins, car elle est quand même pas mal horripilante, même si cela ne gêne pas la lecture.
     C’est aussi bien de retrouver Michael, un héros qu’on peut trouver agaçant, mais qui personnellement me plaît bien. En fait, on ne peut pas vraiment le qualifier de « héros », car au final, c’est quelqu’un de très commun, comme vous et moi. Il a du mal à s’affirmer et suit beaucoup les autres, mais j’apprécie le regard qu’il porte sur le monde, on sent son espoir.
     De plus, j’ai apprécié tous les clins d’œil faits aux Thanatonautes. J’ai dit plus haut qu’on pouvait lire L’Empire des anges sans avoir lu son prédécesseur, et c’est vrai, car il n’y a pas de grosses allusions aux Thanatonautes, juste des clins d’œil qui font sourire le lecteur. Ce n’est pas grand-chose, mais c’est toujours bien.
     Le style de l’auteur est toujours aussi agréable, quelque peu désintéressé mais qui fait bien passer les sentiments. C’est soit on aime, soit on n’aime pas, mais personnellement, cela me plaît, alors…
     En outre, le message du roman est vraiment très intéressant. Bernard Werber nous offre une véritable réflexion sur l’Homme, sur sa capacité à évoluer, sur son évolution… Cette évolution est-elle vraiment sans espoir ? L’humanité est-elle foncièrement mauvaise ? La réponse : oui et non. A travers les personnages d’Igor, Venus et Jacques, l’auteur nous montre que l’humain finit toujours par changer, par devenir meilleur. Ce n’est pas une très grande évolution, mais c’en est une quand même. Malheureusement, il y a toujours des êtres qui ne semblent fait que pour faire le mal, mais il reste quand même de l’espoir (contrairement à ce que j’avais écrit dans un devoir en anglais approfondi). On voit ainsi différentes facettes de l’Homme : l’Homme et son physique, l’Homme et son rapport aux autres, l’Homme et l’écriture, l’Homme et la souffrance, l’Homme et la guerre, l’Homme, son égocentrisme, sa camaraderie, son exclusion, son sentiments vis-à-vis des autres – tout cela implicitement. Et ce qui est bien, avec Bernard Werber, c’est qu’il ne nous balance pas ça comme ça, et n’allez surtout pas croire que ses romans sont inaccessibles, parce que ce n’est absolument pas le cas. C’est ce que je pensais avant de découvrir Le Miroir de Cassandre, je croyais qu’il écrivait des œuvres « sérieuses », alors que NON, pas du tout.

« Allons jusqu'au bout de nos erreurs sinon nous ne saurons jamais pourquoi il ne faut pas les faire ! »

     L’Empire des anges est un roman qu’on peut qualifier de « fantaisiste » sur les bords. L’auteur a inventé un Paradis où les anges gardiens veillent sur des « clients », Michael est mort à cause d’un avion qui s’est comme par hasard crashé pile sur son immeuble, lui et ses compagnons vont découvrir une nouvelle planète, un ange gardien appelé Zoz (ça m’a bien fait rire), il va y avoir un Armageddon 2, les archanges ont des réactions très humaines, Michael a eu pour ange gardien Emile Zola (Emile Zola, quoi !), on va voir Marilyn Monroe… Ce n’est pas un roman à prendre au premier degré, car sinon vous n’allez pas aimer. Le fond reste toujours très sérieux, et Werber sait faire en sorte qu’on croie vraiment à ce qu’il raconte sur les anges tant cela paraît réaliste, et (ça fait beaucoup de « et » tout ça) j’ai beaucoup aimé la réflexion sur la réincarnation, sur le karma et le destin qui n’est pas si hasardeux que ça finalement, et enfin, il a créé autour de tout cela une histoire fictive qui permet de mieux faire passer le message tout en passant un bon moment. C’est donc un apologue, version roman avec des traces de SF.
     Un des seuls points négatifs vient de cette fantaisie, en fait. Il y en avait parfois un peu trop, surtout à un passage qui faisait vraiment trop « cucul » à mes yeux. Le dosage n’était pas toujours parfait. De même, j’ai trouvé parfois certaines longueurs, et on ne peut pas dire que le suspense soit au rendez-vous. Cela ne m’a pas trop trop gênée, mais c’est à cause de cela que le roman n’a pas dépassé la très bonne lecture.
    (Wah, ça faisait longtemps que je n’avais pas autant écrit !)

    Et puis, voilà quoi. L’Empire des anges est donc une très bonne lecture, avec une réflexion très intéressante sur l’Homme, des personnages agréables à suivre, une construction parfaite du roman… Ce n’est pas un livre vraiment « sérieux » car on retrouve beaucoup de fantaisie à la frontière de l’absurde qui n’est pas toujours très bien dosée. Un léger manque d’action est à déplorer, mais à part cela, c’est vraiment un bon livre, je suis satisfaite de cette lecture.

19 commentaires:

  1. j'ai un ami qui est fan de l'auteur mais j'avoue ne l'avoir jamais tenté moi meme. Peut etre un jour

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu devrais tenter, c'est vraiment un super auteur. :)

      Supprimer
  2. J'aimerai beaucoup découvrir cet auteur :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu le pourras parce qu'il vaut le détour. :)

      Supprimer
  3. Je n'ai encore jamais lu cet auteur mais je pense le faire un jour :)

    RépondreSupprimer
  4. Je dois dire que j'ai beaucoup de mal à être attiré par les romans de cet auteur ... :-/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends, mais tu devrais essayer Le Miroir de Cassandre, il est trooop bien et l'histoire est géniale. ;)

      Supprimer
  5. Il faudrait vraiment que je découvre cet auteur !

    RépondreSupprimer
  6. Un jour, je lirai ce livre. Un jour... ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais. Mais UN JOUR je le lirai, je le jure. :p

      Supprimer
  7. J'aimerais beaucoup découvrir cet auteur ! Ces livres m'intriguent assez^^
    PS : Je crois vous l'avoir déjà dit, mais je vous le redis : j'adore le design et la présentation de votre blog *-* Juste magnifique♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vraiment bien. :)
      Merci, contente que tu aimes !

      Supprimer
  8. Je n'ai pas lu ce roman, mais j'aime beaucoup cet auteur :)

    RépondreSupprimer
  9. L'histoire à l'air pas mal mais j'ai beaucoup d'autres livres à lire ^^.

    RépondreSupprimer

Parce qu'un commentaire fait toujours plaisir... :)