mardi 16 février 2016

Satan était un ange - Karine Giebel

Titre : Satan était un ange
Auteure : Karine Giebel
Edition : Fleuve noir
Nombre de pages : 333
Résumé : Tu sais Paul, Satan était un ange... Et il le redeviendra.
 Rouler, droit devant. Doubler ceux qui ont le temps. Ne pas les regarder. Mettre la musique à fond pour ne plus entendre. Tic tac... Bientôt, tu seras mort.
Hier encore, François était quelqu'un. Un homme qu'on regardait avec admiration, avec envie. Aujourd'hui, il n'est plus qu'un fugitif qui tente d'échapper à son assassin. Qui le rattrapera, où qu'il aille. Quoi qu'il fasse. La mort est certaine. L'issue, forcément fatale. Ce n'est plus qu'une question de temps. Il vient à peine de le comprendre.
Paul regarde derrière lui ; il voit la cohorte des victimes qui hurlent vengeance. Il paye le prix de ses fautes. Ne pas pleurer. Ne pas perdre de temps. Accélérer. L'échéance approche. Je vais mourir.
 Dans la même voiture, sur une même route, deux hommes que tout semble opposer et qui pourtant fuient ensemble leurs destins différents. Rouler droit devant, admirer la mer. Faire ce qu'ils n'ont jamais fait. Vivre des choses insensées. Vivre surtout... Car après tout, pourquoi tenter sans cesse de trouver des explications ?

Excellent.

    Eh oui, encore un Karine Giebel. Je suis incorrigible. Après Juste une ombre, Purgatoire des innocents, Meurtres pour rédemption, voici Satan était un ange, le premier livre de l’auteure que j’ai lu. Je peux dire merci au CDI de mon lycée qui l’a acheté l’année dernière. A ma première lecture, c’avait été un coup de cœur. Une révélation. Un an après, ce n’est « que » une excellente lecture, puisque je m’en rappelais un peu.
    Contrairement aux autres romans que je vous ai présenté, Satan était un ange (j’adore ce titre) n’est pas complètement un thriller ; c’est plutôt une belle leçon de vie. C’est l’histoire de François, la quarantaine, avocat d’affaire de renom. Il était heureux – pour lui en tout cas - : l’argent n’était pas un problème, il était reconnu dans son travail, son couple allait parfaitement… jusqu’à ce qu’il se découvre une tumeur au cerveau. François, se sachant condamné, décide de tout plaquer et part dans le sud de la France, il ne sait pas où. Il faut qu’il s’éloigne. A Lyon, il prend un  jeune en stop – et c’est là que tout commence. François fait la connaissance de Paul, presque 20 ans. Ils vont par la suite rester ensemble, coûte que coûte, mais aussi affronter des choses que François n’aurait jamais imaginé…
    Bref, je vais m’arrêter là pour ne pas trop en dévoiler. Dans tout le livre, nous suivons donc François et Paul, avec même une partie road-trip ! J’adore les road-trips, et celui-là ne m’a pas déçue, même si j’aurais apprécié qu’il soit un peu plus long. On a aussi tout une partie « thriller » que j’ai mentionné précédemment, puisque Paul, à Lyon, fuyait quelque chose, mais quoi ? Suspense, haha.
    Cependant, bien qu’il y ait de l’action, il n’y a pas que ça. Ce qui a fait que j’ai autant aimé ce livre (je crois que ce n’est pas du tout français, ce que je viens de dire), c’est le lien qui unissait François et Paul. Bien qu’ils se soient parfois disputés, c’était toujours pour une raison juste. Et on sentait vraiment que les deux voulaient se protéger, ce que j’ai beaucoup, beaucoup aimé. C’est une véritable relation père-fils qui s’est installée entre les deux, et cela m’a plu.
    En outre, comme je le disais, il y a de l’action. On n’a jamais le temps de s’ennuyer : les répliques sont vives, et il y a toujours un « conflit », quelque chose qui ne va pas. C’est génial, d’autant plus que tout cela est mené par une main de maître sans aucune faille.
    Ce maître, ou plutôt cette maîtresse, c’est évidemment Karine Giebel. J’adore son style d’écriture, et je ne résiste d’ailleurs pas à l’envie de vous mettre un extrait. Je ne sais pas si c’est parce que j’écoutais Halestorm en même temps, mais ses phrases, bien que souvent courtes, sont très puissantes. « Powerful ». Je trouve son style tout simplement exceptionnel, et rien que pour cela je vous encourage à lire ses livres.
   
« En définitive, ce n'est pas la mort qui enchaîne. C'est la vie.
Avec toutes ses contraintes absurdes, ces choses que l'on s'impose à soi-même; ces barrières que l'on érige patiemment autour de soi. Par obligation, par peur, bêtise ou convenance. Par habitude ou par pudeur
. »

    Bon, dans tout ça, je n’ai pas encore parlé des personnages. Les deux sont très attachants. Au début, je n’appréciais pas trop François : il faisait vraiment « gros bourge » et était arrogant. Pourtant, dans la suite du livre, je me suis de plus en plus attachée à lui. Il est devenu plus humain, plus vulnérable, aussi, et cela m’a beaucoup plu.
    Pour Paul, j’ai eu un petit coup de cœur. Bien que parfois il se comporte comme un c**, je me suis beaucoup attachée à lui. Derrière sa carapace de gros dur, il cache de nombreuses failles et blessures. Comme François, il est très humain.
    Enfin, Karine Giebel nous propose une véritable réflexion sur la mort, comme le montre l’extrait ci-dessus. Elle parsème en outre son roman d’extraits des Fleurs du Mal de Baudelaire, ce qui me donne encore plus envie de lire ce recueil. En outre, il y a également une portée critique, d’un côté sur les médias, et d’un autre sur le rejet de déchets toxiques en Afrique par les Européens. Cette problématique est très, très bien insérée dans le récit, et elle m’a ouvert les yeux sur une réalité bien difficile.

« Oui, il envie ce jeune homme apparemment en pleine santé, à la peau cuivrée... Un peu maigre, mais parfaitement proportionné. Fin, élancé, à la musculature sèche, puissante. Qui a l'avenir devant lui.
La vie devant lui.
Son front tombe entre ses mains. Son crâne pèse un bon quintal.
C'est si lourd que ça, une tumeur ?
 »

    Pour conclure, Satan était un ange est une excellente lecture. Je n’ai relevé aucun point négatif. Le style de l’auteure est top, les personnages très attachants, et l’action au rendez-vous. C’est également une belle leçon de vie avec des critiques sur notre société qui m’ont plu. Si vous voulez tenter un Karine Giebel, je vous conseille vraiment celui-là.
 


14 commentaires:

  1. Il a l'air pas mal mais ce ne'st pas le Giebel que je lirai en priorité :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends. :) Il est assez différent de ses autres livres.

      Supprimer
  2. J'avais adoré quand je l'ai lu ; j'en garde un très bon souvenir, l'histoire était vraiment touchante. ^^ Mais ça n'avait pas été un coup de coeur.

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai pas accroché à celui-ci, je trouvais que c'était du "déjà-vu" et que cela n'était pas crédible du tout... Mais j'adore cette auteure ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah c'est dommage. :/ J'avais beaucoup aimé. ^^' Pareil !

      Supprimer
  4. Ce n'est pas celui que je compte lire tout de suite. Toutefois, j'aimerais bien le découvrir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends. En tout cas j'avais beaucoup aimé, bien qu'il soit différent des autres. :) J'espère que tu pourras le lire !

      Supprimer
  5. Wow il a l'air génial *-* Je l'ajoute à ma WL !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il l'est ! J'espère que tu pourras le découvrir. :)

      Supprimer
  6. De voir à quel point tu es fan de Karine Giebel me donne envie de découvrir un de ses livres même si ce n'est pas trop mon style ^^.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente de t'avoir donné envie ! Je peux te conseiller "Juste une ombre", pour débuter. :)

      Supprimer
  7. Je me rends compte à mon grand désarroi que je n'ai jamais lu de Karine Giebel alors que je n'en entends que du bien. Il faudra vraiment que je saute le pas un de ces jours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut absolument que tu lises un de ces livres ! C'est une auteure que j'apprécie beaucoup.

      Supprimer

Parce qu'un commentaire fait toujours plaisir... :)