mardi 2 août 2016

De force - Karine Giebel

Titre : De force
Auteure : Karine Giebel
Edition : Belfond
Nombre de pages : 522
Résumé : Elle ne m'aimait pas. Pourtant, je suis là aujourd'hui. Debout face au cercueil premier prix sur lequel j'ai posé une couronne de fleurs commandée sur internet. Car moi, j'ai voulu l'aimer. De toutes mes forces. De force. Mais on n'aime pas ainsi. Que m'a-t-elle donné ? Un prénom, un toit et deux repas par jour. Je ne garderai rien, c'est décidé. A part le livret de famille qui me rappelle que j'ai vu le jour un 15 mai. De mère indigne. Et de père inconnu. Lorsque j'arrive devant la porte de mon ancienne chambre, ma main hésite à tourner la poignée. Je respire longuement avant d'entrer. En allumant la lumière, je reste bouche bée. Pièce vide, tout a disparu. Il ne reste qu'un tabouret au centre de la pièce. J'essuie mes larmes, je m'approche. Sur le tabouret, une enveloppe. Sur l'enveloppe, mon prénom écrit en lettres capitales. Deux feuilles. Ecrites il y a trois mois. Son testament, ses dernières volontés. Je voulais savoir. Maintenant, je sais. Et ma douleur n'a plus aucune limite. La haine. Voilà l'héritage qu'elle me laisse.


Captivant.

    Vous le savez peut-être, mais Karine Giebel est une auteure que j’apprécie beaucoup. J’ai déjà chroniqué quelques uns de ses romans, ici, et tous m’avaient plu voire laissés une forte impression. J’avais vu des avis de lecteurs disant qu’ils avaient été déçus par ce livre, mais dès que je l’ai vu à la médiathèque, je n’ai pas résisté et j’ai sauté dessus (façon de parler, bien entendu). Finalement, je ressors ravie de cette lecture, même s’il est vrai que De force n’est pas à la hauteur d’autres thrillers de l’auteure, comme Juste une ombre, mon préféré pour l’instant.
    Comme souvent avec Karine Giebel, le livre commence in medias res, avec un prologue plus qu’intriguant. Nous suivons Maud, jeune femme de 21 ans, se faire agresser par un homme qui semble la connaître (c’est-à-dire qu’il semble la suivre, etc), mais elle se fait sauver in extremis par Luc, qui se révèle être un garde du corps. Maud venant d’une famille fortunée, son père (Armand Reynier), qui l’aime plus que tout, va engager Luc afin qu’il protège sa fille. Il veut également que Luc découvre qui est l’agresseur de sa fille, qui va encore se manifester par la suite, car il répugne à en parler à la police. Voilà pour le début de l’histoire : nous allons donc suivre différents protagonistes, avec Luc en priorité, qui va apprendre à connaître la famille déchirée dans laquelle il a atterri, et également faire face à plusieurs menaces.
    Ici, l’enquête n’est pas au premier plan, et c’est ce que, je pense, certains lecteurs peuvent reprocher à l’auteure. En effet, nous sommes plus dans la vie de la famille Reynier, et nous tombons donc dans une certaine routine. D’où le manque de suspense qui a été remarqué par beaucoup. Je comprends tout à fait cela. Pourtant, j’étais tellement à fond dans le livre (qui m’a empêché de dormir tellement je me posais des questions), que je n’ai pas du tout remarqué cette lacune. Après, en y repensant, je me dis que peut-être ça manquait d’action au milieu, mais bon, c’était éclipsé par tout le reste.
    Dans le reste, j’entends la psychologie des personnages. En effet, De force est présenté comme un thriller psychologique… et en effet, c’en est un ! A l’aide des multiples points de vue, nous plongeons dans la conscience des personnages, notamment Luc, Maud et Armand. Ainsi que l’homme, celui qui a agressé Maud. L’auteure est bien une maîtresse dans cet art, qu’elle avait déjà exercé dans d’autres de ces livres, et j’ai été complètement fascinée (d’où le « captivant » du début) par cela.
    Par quoi continué-je ? La plume de l’auteure ou les personnages ? Parce que, mine de rien, les deux sont liés. Commençons par les personnages. Luc, lui, est terriblement attachant. Comme souvent avec Karine Giebel, il a une profonde fêlure en lui, qu’il cherche à palier, même s’y parfois il s’y abandonne. C’est un personnage qui m’a énormément touchée, surtout par toutes ses qualités (je ne parle pas du contraire des défauts, mais de, comment dire ? ses traits, quoi). L’auteure nous a présenté un personnage qui est, selon moi, très complexe. J’ai aimé son courage, son envie de faire son devoir, mais aussi son humanité, qui ressort parfois. J’ai envie de vous parler de la fin ! Mais je vais d’abord poursuivre avec les personnages. Pour Maud, je suis plus en demi-teinte. En effet, elle est attachante par tout ce qu’elle a vécu, mais en même temps je l’ai trouvée tellement égoïste ! Une vraie gosse de riche, pardonnez-moi l’expression. Armand, lui… Pour me rallier au point de vue de Luc : une ordure. Je n’en dirai pas plus.
    Passons à la plume de l’auteure. Elle est unique : ses phrases sont courtes mais touchent dans le mille à chaque fois. Elle nous décrit parfaitement les personnages, leur psychologie… tout. J’aime beaucoup son style, et je l’ai retrouvé une nouvelle fois ici, bien qu’il n’ait pas été à son apogée.
    En effet, quand il est à son apogée (ce qui, toujours selon moi, a été le cas dans Juste une ombre et Purgatoire des innocents), on ressent énormément d’émotions. L’angoisse, la peur. On est à la place des personnages. Là, malheureusement, ça ne l’a pas fait aussi intensément que dans les deux livres cités précédemment, même si j’étais très fébrile et que je voulais absolument savoir la suite. La preuve : j’ai dévoré ces 500 pages en 24 heures.
    En effet (bis), j’ai trouvé que le suspense était très bon. Comme je le disais, peut-être que c’est parce que j’étais très subjective, mais je ne me suis pas du tout ennuyée. En effet, on veut vraiment savoir l’identité de l’agresseur de Maud, et surtout qui l’a engagé. L’auteure nous entraîne sur plusieurs fausses pistes, et personnellement je n’aurais jamais deviné la fin, où l’identité est enfin dévoilée. Non mais c’est diiiiingue. Pardon. Sérieusement, je n’en revenais pas, même si au fond, c’est logique. Cette fin m’a laissée ahurie. Elle est donc très bien, conforme à mes attentes même si je déteste l’auteure pour ses choix. C’est tellement injuste. Mais je vous laisse découvrir en quoi, héhé.
    De même, l’auteure a lâché quelques petites bombes au long du livre qui ont contribué au suspense. Je n’ai pas trouvé qu’elles faisaient « trop gros » : au final, ça se tenait, et c’est génial. Cela montre une fois de plus le talent qu’elle a pour décrire la psychologie humaine.

    Pour conclure cette chronique où je me suis un peu emportée à blablater, De force est une excellente lecture. J’ai adoré ma lecture : le style de l’auteure, l’histoire, les personnages, l’intrigue… Il n’arrive pas à la cheville de Juste une ombre, mais c’est un très bon thriller psychologique que je ne risque pas d’oublier, en particulier Luc, qui, je pense, arrive dans mon top 30 (il faut viser large) des personnages auxquels je me suis le plus attachée. 
 
♪♫ Un livre, une musique : La fille damnée - Cécile Corbel ♪♫ 
(Ce n'est pas du metal, rassurez-vous, mais de la musique bretonne !) Qu'en pensez-vous ?


24 commentaires:

  1. Une chronique super bien écrite, je ne connaissais pas du tout ce roman et j'ai adoré la chanson à la fin :) !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! J'espère que tu pourras le lire. :) Je suis contente qu'elle te plaise !

      Supprimer
  2. Olala...quelle magnifique chronique ! J'ai vérifié sur le site de ma médiathèque et ils l'ont, j'essayerai de le lire sous peu ;)

    Victoire3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci ! Cool, j'espère qu'il te plaira !

      Supprimer
  3. Je n'ai pas beaucoup aimé ce Giebel, il y en a des meilleurs :)

    RépondreSupprimer
  4. Je le lirai... Mais plus tard, quand j'en aurai VRAIMENT envie. Après Millénium, je fais une pause dans les thrillers.

    RépondreSupprimer
  5. Ça fait longtemps que je veux découvrir cette auteure et je ne me suis pas encore lancée. Tu me donnes envie de le faire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Karine Giebel est une des mes auteurs de thrillers préférée, alors je ne peux que te conseiller de lire ses livres, qui sont excellents.

      Supprimer
  6. Ca a l'air d'etre une super lecture poignante et prenante ! Il faut que je tente ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, elle l'est ! Ouiii ! J'espère que tu aimeras.

      Supprimer
  7. Une auteure que je n'ai toujours pas lu :)

    RépondreSupprimer
  8. J'ai lu Juste une ombre et, malheureusement, je ne suis pas aussi enthousiaste que toi. Alors, oui, le style est très bon mais j'avais des doutes sur le coupable et la fin, bof quoi. Je n'aime pas les fins ouvertes alors cela ne l'a pas fait ... Malgré tout, j'avais bien aimé.
    Toutefois, j'ai De force qui m'attend dans ma PAL et Purgatoire des innocents me tente beaucoup aussi ^^
    Je verrais si ça me plaît un peu plus avec eux ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah c'est dommage ! J'avais adoré Juste une ombre, surtout au niveau de l'intensité des émotions.
      Je ne pense pas que tu apprécieras beaucoup De force, car le côté thriller est éclipsé par le côté psychologique. Par contre, avec Purgatoire des innocents, tu es servie ! Je ne relirai JAMAIS ce livre. x)
      J'espère !

      Supprimer
  9. J'adore les thrillers psychologique ! Merci pour ta chronique, je garde le titre pour une prochaine lecture :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! Tu devrais aimer ce livre, alors. :)

      Supprimer
  10. Je suis contente que tu l'ai plus apprécié que moi. Même si j'ai aimé le style de l'auteur, je n'ai réussi à m'attacher qu'à Luc et malheureusement j'ai découvert trop rapidement l'identité de l'agresseur... Mais ça ne m'a pas enlevé l'envie de lire les autres livres de Karine Giebel !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Pareil pour les personnages, je n'en ai pas trop parlé mais c'est vrai que c'est dommage qu'on ne s'attache qu'à un seul. Haha, je suis trop crédule, alors, pour ne pas avoir réussi à trouver qui était l'agresseur. x) De même pour moi !

      Supprimer
  11. Je n'ai jamais lu l'auteure, pas encore eu l'occasion ! Du coup, qui j'ai bien compris, ce n'est pas forcément celui purée lequel je devrais commencer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je te conseillerais plutôt Juste une ombre. Dans les quelques romans de l'auteure que j'ai lu, c'est celui que j'ai préféré, même si les autres sont excellents.

      Supprimer
  12. J'ai très très envie de découvrir cette auteure, j'ai d'ailleurs "Juste une ombre" dans ma PàL...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Juste une ombre est, selon moi, le meilleur de l'auteure ! J'espère vraiment qu'il te plaira. :)

      Supprimer

Parce qu'un commentaire fait toujours plaisir... :)